Les traditions étranges et merveilleuses des tribus les plus anciennes du monde

Si vous êtes à Londres ce printemps et que vous souhaitez en savoir plus sur les tribus les plus anciennes du monde, l’exposition “Origins” à la Heist Gallery de Notting Hill est incontournable.

heather

À travers des sculptures et des photographies d’art, l’exposition célèbre les lieux et les personnes qui sont restés largement inchangés pendant des siècles. En même temps, elle s’interroge sur l’impact de la mondialisation sur leur identité et sur l’avenir. Lisez la suite pour en savoir plus sur ces tribus indigènes, leurs croyances, leurs rituels et leur mode de vie unique.

Les tribus les plus anciennes et leurs traditions

  • Himba, nord de la Namibie

himba

Leur devise : “Ne commencez pas votre agriculture avec du bétail, commencez-la avec des gens”.

Les Himba sont de gracieux bergers pour qui l’image est primordiale. Ils sont connus pour se couvrir le corps d’otijze – une crème rouge épaisse à base de roches et d’herbes broyées – qui est attrayante et symbolique au sein de leur tribu. Cette crème protège également la peau des piqûres d’insectes et du soleil brûlant de l’Afrique. Une femme Himba ne prend un bain qu’une seule fois dans sa vie, juste avant de se marier. Elle se lave les cheveux avec de la cendre et gardera la même coiffure jusqu’à sa mort.

  • Huli, Papouasie-Nouvelle-Guinée

huli

Leur devise : “La connaissance n’est qu’une rumeur tant qu’elle n’est pas dans le muscle”

Les Huli Wigmen constituent le plus grand des groupes indigènes vivant sur les hauts plateaux de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Comme leur nom l’indique, les Huli Wigmen sont fétichistes des cheveux : ils passent des années à fabriquer des perruques et les jeunes garçons étudient à l’école des perruques dans le cadre d’une initiation à la virilité. Leur uniforme de guerrier se compose d’une perruque ornée et d’une hache munie de griffes pour intimider l’ennemi. Ils sont largement considérés comme la tribu la plus féroce, et sans doute la plus poilue, du monde.

  • Goroka, Papouasie-Nouvelle-Guinée

goroka

La tribu Goroka habite également les hauts plateaux de Papouasie-Nouvelle-Guinée, la deuxième plus grande île du monde. Ils apprécient les merveilles de la nature et survivent de la chasse et de la cueillette avec leurs familles très unies. Les guerres intertribales sont fréquentes et des maquillages et ornements élaborés sont utilisés pour impressionner l’ennemi. Les colliers de coquillages décoratifs sont considérés comme un signe de prospérité, car ils étaient autrefois utilisés comme monnaie d’échange.

  • Karo, vallée de l’Omo, Éthiopie

Leur devise : “Un ami proche peut devenir un ennemi proche”

Les Karo sont une petite tribu africaine de 1 à 3 000 personnes qui vivent sur les rives de la rivière Omo. Ce sont des gens esthétiques qui, pour les cérémonies tribales, se teignent les cheveux en ocre rouge et se décorent la peau avec de la craie blanche pour augmenter leur sex-appeal. Les hommes arborent des blessures, symbole des ennemis et des animaux tués, et les femmes se scarifient la poitrine avec des motifs complexes pour paraître belles. Les cicatrices sont découpées à l’aide d’un couteau ou d’une lame de rasoir et la cendre est frottée pour produire un effet de relief. Voilà un régime de beauté intense !

  • Samburu, vallée du Rift, nord du Kenya

samburu

Leur devise : “Une oreille sourde entraîne la mort, une oreille attentive entraîne la bénédiction”

Les Samburu sont des nomades qui se déplacent toutes les cinq à six semaines à la recherche d’eau et de nouveaux pâturages, ou en cas de décès d’un membre de la tribu. Leur régime alimentaire est riche en protéines et ils boivent souvent du sang de vache au petit-déjeuner. Ils l’obtiennent en perçant la veine de l’animal avec une flèche – ils ne le tuent pas. Les Samburu sont une communauté polygame et, dès leur plus jeune âge, les femmes reçoivent des perles qu’elles portent en collier et qui peuvent symboliser leur statut ou le nombre de leurs amants.

  • Mursi, vallée du Rift, Afrique

Leur devise : “Mieux vaut mourir que vivre sans tuer”

Les Mursi ne peuvent pas survivre grâce à l’agriculture traditionnelle, en raison de la sécheresse et des parcs nationaux qui limitent leurs ressources naturelles. Ils sont célèbres pour leurs plaques labiales. Dès leur plus jeune âge, les femmes se font frapper les incisives inférieures et étirer la lèvre jusqu’à ce qu’elle puisse contenir une plaque d’argile. La taille de la plaque détermine la valeur de la femme et la quantité de bétail que sa famille recevra lorsqu’elle se mariera. Les femmes qui n’ont pas de plaque ne peuvent souvent pas se marier du tout.

  • Maori, Nouvelle-Zélande et Polynésie française

maori

Leur devise : “Ma langue est mon éveil, ma langue est la fenêtre de mon âme”

Après des siècles d’isolement en Polynésie orientale, les colons maoris ont développé leur propre culture, qui comprend le ta moko, un procédé de tatouage permanent qui symbolise l’engagement et le respect. Des entailles profondes sont pratiquées dans la peau à l’aide d’un ciseau à os, puis trempées dans un pigment d’encre fabriqué à partir de chenilles végétales. Pendant le processus de tatouage, les Maoris ne sont pas autorisés à manger ou à avoir des relations sexuelles tant que leurs blessures ne sont pas cicatrisées. Pour éviter la famine, la nourriture et les liquides sont versés dans la bouche à l’aide d’un entonnoir en bois afin d’éviter tout contact avec la peau.

maori2

  • Massai, vallée du Rift, Afrique

Leur devise : “Les lions peuvent courir plus vite que nous, mais nous pouvons courir plus loin”

Les Massai sont de féroces guerriers qui ont migré du Soudan au XVe siècle, attaquant les groupes indigènes qu’ils rencontraient en chemin. Leur vie dépend de l’élevage du bétail et l’on trouve souvent des membres de cette tribu dans les villes, où ils vendent des animaux et des téléphones portables. Les Samburu sont une tribu africaine moins traditionnelle que les Samburu, mais ils ont une langue et une culture similaires. Ils aiment aussi manger le bétail en faisant cailler le sang et le lait ensemble pour former une crème au sang – délicieux !

Les portraits intimes présentés dans l’exposition “Origines” ont été réalisés par Jimmy Nelson et sont tirés de sa collection 2013 “Before They Pass Away”, saluée par la critique internationale. La Heist Gallery a été complètement transformée pour l’exposition, offrant une expérience immersive et vraiment mémorable : la salle principale a été décorée avec une épaisse peinture en bronze, et les salles adjacentes sont conçues pour ressembler à une maison traditionnelle du peuple Yoruba, un groupe ethnique originaire du sud-ouest du Nigéria.

l’exposition “Origins” est présentée jusqu’au 30 avril à la Heist Gallery, 42 Linden Gardens, Notting Hill, W24HQ. Pour prendre rendez-vous et voir la collection, envoyez un courriel à l’adresse suivante INFO@HEIST-ONLINE.COM ou appeler le 44 (0) 207-221-0963

Get the App. QRGet the App.
Get the App. QR  Get the App.
Défilement vers le haut