Le guide ultime de la randonnée à Cuba

Imaginez une belle île des Caraïbes, peuplée de gens chaleureux et hospitaliers. Ajoutez-y des plages de sable blanc, des eaux chaudes et azurées et un soupçon de musique. Tous ces éléments sont essentiels au vibrant melting-pot multiculturel de Cuba. Cuba est idéal pour les voyageurs curieux et aventureux qui recherchent quelque chose de différent. Si cela vous ressemble, préparez-vous à apprendre comment tirer le meilleur parti de votre voyage à Cuba.

L’histoire de Cuba est mouvementée et remonte bien avant la révolution de 1959. Cette histoire ne se limite pas aux musées, mémoriaux et mausolées de Cuba, aussi époustouflants soient-ils. Elle vit dans le peuple cubain, une culture dont la musique, les danses, la nourriture et les habitants sont influencés par les cultures caribéenne, africaine et espagnole.

La beauté naturelle de Cuba est tout aussi captivante, qu’il s’agisse de s’allonger sur une plage douce sous le chaud soleil des Caraïbes, d’admirer les forêts luxuriantes et les montagnes imposantes, ou de nager dans des piscines naturelles d’eau douce alimentées par des chutes d’eau fracassantes. Tout cela sert de toile de fond à des villes colorées et à de longues nuits à danser sous les étoiles. Il n’est donc pas étonnant que Cuba attire de plus en plus de voyageurs aventureux.

Bien que nous soyons ravis que Cuba ouvre ses portes au monde, il est important de se rappeler qu’il s’agit d’un endroit où vivent de vraies personnes, dont la grande majorité est bien plus pauvre que les touristes qui visitent l’île. Bien que le tourisme profite à l’économie cubaine, il est important d’être respectueux et de s’assurer que les Cubains ordinaires profitent des avantages de cette industrie, plutôt que d’en subir les conséquences.

Aller directement à :

  1. Meilleure période pour visiter Cuba
  2. Visa pour Cuba
  3. Voyager à Cuba
  4. Logement à Cuba
  5. Cuba est-il cher ?
  6. Où aller à Cuba
  7. Choses à faire à Cuba
  8. Nourriture cubaine
  9. Vie nocturne à Cuba
  10. Culture et coutumes cubaines
  11. Cuba est-il sûr ?
  12. Conseils aux voyageurs pour Cuba

backpacking cuba - pink car - cuban flag

📷 Alexander Kunze

Meilleure période pour visiter Cuba

Vous serez heureux d’apprendre que le climat tropical de Cuba est chaud toute l’année. Il n’y a pas beaucoup de différence entre les saisons : même pendant les mois les plus froids de janvier et février, la température moyenne à Cuba est d’environ 25 degrés, ce qui reste positivement doux pour la plupart des Européens ! La plus grande transition se fait entre la saison des pluies, qui dure de mai à octobre, et la saison sèche, qui s’étend de décembre à avril.

Cette saison des pluies représente environ 75 % des précipitations annuelles du pays, mais pas de panique ! Vous n’aurez pas de journées grises et pluvieuses pleines de mizzle (bruine brumeuse). En fait, vous aurez probablement encore beaucoup de soleil, car la pluie a tendance à tomber sous forme d’averses tropicales intenses. Le plus gros problème est probablement la chaleur et l’humidité, qui peuvent devenir très intenses (surtout dans le sud). Cette atmosphère moite peut être inconfortable, même si les températures ne dépassent généralement pas les 30 degrés. Par conséquent, l’été n’est probablement pas le meilleur moment pour partir à la découverte et faire du tourisme.

Les soi-disant “hivers” à Cuba ont tendance à être plus secs, mais les vents en provenance des États-Unis peuvent affecter le nord-ouest du pays, y compris La Havane, apportant des journées fraîches et couvertes. Cependant, même lorsque cela se produit, les températures restent douces. Pour mettre les choses en perspective, le climat de La Havane ne connaît que des baisses de température d’environ 19 à 26 degrés pendant les mois les plus froids, à savoir janvier et février. Donc, oui, le temps hivernal dans le nord de Cuba peut être un peu plus changeant, mais c’est quand même une bonne période pour visiter, surtout si vous cherchez à explorer. Si vous envisagez de vous rendre plus au sud, vous n’avez pas à vous inquiéter du temps hivernal : les températures y sont plus chaudes et la région est à l’abri des vents frais du nord.

Vous êtes submergé par toutes ces informations ? Si vous vous demandez quelle est la période idéale pour visiter l’île, sachez que fin mars-avril est un bon choix. À cette période, les températures avoisinent les 20 degrés, le risque de mauvais temps en provenance du nord est moindre, et la chaleur et l’humidité de la saison des pluies sont absentes. Il convient de mentionner qu’il existe un risque d’ouragan (bien que faible) à Cuba entre juin et novembre, qui atteint son maximum en septembre et octobre. Si vous vous rendez à Cuba à cette période, il est conseillé de consulter le site du Centre national des ouragans avant votre départ.

Visa pour Cuba

Vous vous demandez probablement si vous avez besoin d’un visa pour Cuba. Heureusement, vous serez soulagé d’apprendre que le visa pour Cuba est assez facile à obtenir. Connu sous le nom de “tarjeta turistica” ou “carte touristique”, il vous permet de visiter l’île pour une période allant jusqu’à 30 jours. Si vous êtes citoyen britannique, irlandais ou australien, vous trouverez ci-dessous toutes les informations relatives aux visas touristiques, mais n’hésitez pas à consulter les sites web pour obtenir les informations et les prix les plus récents.

Les touristes en provenance du Royaume-Uni devront acheter leur carte avant leur départ et, selon le site web de l’ambassade, ils ne pourront l’obtenir qu’en envoyant une demande à l’adresse suivante :

Consulat de Cuba,

167 High Holborn,

Londres,

WC1V 6PA

Vous devrez également présenter les documents suivants :

  1. Votre confirmation de vol (à l’aller comme au retour)
  2. La preuve que vous avez réservé un logement, y compris l’adresse du logement.
  3. Une photocopie de vos documents d’assurance voyage (vous devez souscrire une assurance voyage complète qui couvre tous les frais médicaux à l’étranger, y compris l’évacuation médicale, pendant toute la durée de votre séjour).
  4. Une photocopie de la page principale de votre passeport (qui doit être valable 2 mois après la date à laquelle vous prévoyez de quitter Cuba)
  5. Une enveloppe prépayée à votre adresse, afin que vos documents puissent vous être renvoyés sans problème.
  6. Le paiement par mandat postal ou traite bancaire à l’ordre de HAVIN BANK.

Il est important de noter que le paiement final ne peut être effectué que de cette manière. Les espèces ou les chèques ne sont pas acceptés. Les modalités de paiement figurent dans le formulaire de candidature. Chaque demande coûte 39 livres sterling et une demande distincte doit être faite pour chaque personne qui voyage. La procédure peut prendre quelques semaines, il est donc préférable de s’y préparer.

Si vous résidez en Irlande, vous pouvez également faire votre demande par voie postale, en envoyant une traite bancaire ou un mandat postal de 47 euros (pour chaque demande) à l’ordre du consulat cubain, accompagné de tous les documents énumérés ci-dessus. Cet envoi doit être adressé à l’ambassade de Cuba, 32B Westland Square, Pearse Street, Dublin 2, Irlande. Vous pouvez également déposer votre demande en personne, ce qui vous coûtera 22 euros et nécessitera les mêmes documents que pour la demande britannique. Vous trouverez le formulaire de demande dans la section documents de cette page.

Si vous venez d’Australie, vous avez de la chance ! Vous pouvez faire votre demande par courrier électronique. Remplissez d’abord le formulaire de demande électronique (sur votre ordinateur, sans l’imprimer). Ensuite, faites une copie numérique (scannée) de la page principale de votre passeport et de votre itinéraire de voyage. Vous devrez effectuer un virement bancaire de 100 dollars australiens, plus 7 dollars australiens de frais de port, en utilisant les coordonnées bancaires suivantes :

Nom : CONSULATE REP CUBA

BSB : 082 – 902

Numéro de compte : 65 – 886 – 1632

Ensuite, envoyez un courriel à visas@cubaus.net, en y joignant votre formulaire de demande électronique et vos documents scannés. Le site web de l’ambassade indique que si les conditions sont remplies, la demande peut être traitée en deux jours. Les demandes peuvent également être déposées en personne à Canberra, au 7 Terrigal Crescent, O’Malley, ACT, en apportant des copies des mêmes documents (à l’exception du formulaire de demande). Si vous remplissez les conditions requises, vous pouvez recevoir le visa sur place.

Sachez que si vous choisissez de voyager depuis les États-Unis, votre carte de touriste ne sera pas valable. En raison des relations entre les États-Unis et Cuba, il n’y a que 12 catégories de visites qui vous permettent de le faire – aucune d’entre elles n’est liée au tourisme. Nous vous recommandons de voyager depuis ou via un autre pays que les États-Unis.

Voyager à Cuba

Il peut être difficile de trouver des informations précises sur les déplacements à Cuba, et les informations que vous trouverez sont souvent contradictoires. Voici donc quelques informations basées sur l’expérience de routards :

Naturellement, le moyen le plus simple de se déplacer est le taxi – ils sont confortables et nombreux. Cependant, cette option est évidemment plus chère, ce qui peut être un facteur important si vous êtes un routard au budget serré. Néanmoins, si vous voyagez sur une courte distance vers un endroit un peu plus éloigné des sentiers battus, le coût supplémentaire et la commodité peuvent en valoir la peine – surtout si vous vous associez à d’autres voyageurs aventureux et que vous partagez le prix de la course. Les taxis cubains sont gérés par l’État et utilisent des compteurs. Cependant, ils peuvent être moins chers si vous essayez de négocier à l’avance. Il existe également la société Grancar, propriété de l’État, qui exploite une flotte de vieilles voitures américaines peintes en jaune. Ces véhicules sont plus chers, mais vous payez pour l’expérience.

Un autre type de véhicule devient rapidement emblématique à Cuba : le coco-taxi. Il ne s’agit pas d’une voiture, mais d’un scooter enveloppé dans une coque en fibre de verre, qui ressemble à une noix de coco. Ils offrent aux voyageurs un moyen amusant et pittoresque d’explorer, avec le vent dans les cheveux, et sont principalement basés à La Havane, Varadero et Trinidad. Méfiez-vous cependant, car ils peuvent manquer de sécurité – le ministère britannique des affaires étrangères recommande de ne pas les utiliser. N’oubliez pas non plus que les jaunes sont réservés aux touristes et les bleus/jaunes et noirs aux locaux.

Une autre option est le Guagua – des bus locaux réguliers qui coûtent environ 1 CUP en moyenne (ce qui signifie que c’est une bonne idée d’avoir un peu de monnaie sur soi). Préparez-vous à être un peu pressé et ne vous attendez pas à ce qu’ils circulent selon les horaires publiés. Bien que certains sites Internet affirment que les Guaguas sont réservés aux locaux, ce n’est pas ce qu’on nous a dit à Cuba, et nous avons pu nous déplacer dans ces véhicules sans aucun problème. Les guaguas sont un excellent moyen de parcourir de courtes distances, surtout pour les routards économes.

Pour les trajets plus longs entre les villes, la seule ligne de bus que les touristes peuvent utiliser est Viazul. Il est facile d’acheter des billets, il suffit de repérer les guichets Viazul dans les gares routières. Ce service étant exclusivement réservé aux touristes, le paiement s’effectue toujours en CUCs. Lorsque les Cubains ont besoin de se déplacer, ils utilisent une autre ligne de bus, “Nacionales”, qui leur est exclusivement réservée et dont les prix en CUP sont nettement moins élevés. Lorsque nous disons qu’il ne faut pas essayer de s’en sortir en utilisant ces bus, nous le pensons vraiment. Plusieurs cas de touristes jetés à terre ont été rapportés. N’oubliez pas non plus que lorsque nous visitons un pays, nous devons jouer notre rôle en respectant les lois, la culture et les coutumes. La raison de ce fossé est que nous, les touristes, même les routards, sommes beaucoup plus riches que la population générale de Cuba. Il n’est pas juste que nous essayions d’exploiter un système conçu pour être abordable pour eux.

backpacking cuba - bus prices

📷 Alice Maffucci

En raison de l’affluence dans les bus locaux, vous verrez souvent des colectivos, des taxis partagés qui empruntent des itinéraires vaguement fixes. Vous pouvez demander autour de vous d’où ils partent, ou leur faire signe le long des itinéraires. Si vous montez au départ, vous devrez attendre qu’ils partent, car ils ne partent que lorsque le taxi est plein. Les Almendrones, de grosses voitures américaines des années 50, sont généralement utilisées à cette fin. Cependant, il faut savoir que leurs caractéristiques de sécurité sont souvent insuffisantes, ce qui signifie qu’il est probablement préférable d’utiliser d’autres moyens de transport. Il est également possible d’utiliser des camiones, de vieux camions fabriqués en URSS ou en Chine, mais cette solution n’est pas recommandée car elle n’offre que très peu de garanties en termes de sécurité, avec de longues banquettes et l’absence de ceintures de sécurité.

Logement à Cuba

En raison du système politique cubain, la situation en matière d’hébergement est inhabituelle. Les grands hôtels d’État sont chers, mais ils étaient autrefois la seule option pour les touristes. Toutefois, en 1997, le gouvernement a autorisé les propriétaires privés à louer des chambres dans leur maison. Étant donné que les hôtels de luxe ne sont pas une option intéressante pour les routards et que le fait d’être à l’abri de la vie quotidienne ne fait pas vraiment partie de l’expérience du routard, nous allons nous concentrer sur ces maisons d’hôtes privées. Connues sous le nom de “Casas particulares”, elles peuvent prendre la forme d’auberges avec des chambres partagées, de maisons d’hôtes/B&B avec des chambres privées, ou d’appartements indépendants – que vous trouverez tous sur Hostelworld.

En plus d’offrir un bon rapport qualité-prix, les casas particulares mettent de l’argent entre les mains de Cubains ordinaires (au lieu d’une grande chaîne hôtelière), ce qui contribue à dynamiser l’économie locale. Tout cela est légalisé et réglementé par le gouvernement. Les locations illégales existent, mais vous ne risquez pas d’y être confronté si vous réservez à l’avance (ce que vous devrez faire de toute façon pour obtenir votre visa).

Les Cubains n’étant pas autorisés à posséder de grandes entreprises, ces maisons d’hôtes offrent une expérience très personnelle, même les plus grandes n’ayant que quelques chambres. La possibilité de rencontrer d’autres voyageurs, de se faire de nouveaux amis et de partager des expériences est la raison pour laquelle nous aimons l’expérience de l’auberge de jeunesse. Séjourner dans une casa particular ajoute une autre dimension à cette expérience, car vous pourrez découvrir une atmosphère familiale et apprendre à connaître les résidents. Les personnes qui gèrent les casas particulares sont souvent chaleureuses et amicales. Elles seront heureuses de faire votre connaissance, de partager leurs histoires et de vous donner des conseils d’initiés sur la région. Même si vous logez dans une chambre privée, cette option peut s’avérer avantageuse – partager une chambre entre trois ou quatre personnes est encore plus abordable.

En séjournant dans une casa particular, vous aurez également l’occasion de goûter à l’authentique cuisine cubaine à un prix très avantageux : de nombreuses casa particular proposent le petit-déjeuner en supplément, et parfois le déjeuner ou le dîner sur demande. Veillez simplement à prévenir vos hôtes la veille pour qu’ils puissent se préparer en conséquence et indiquez-leur vos exigences alimentaires !

Comme vous l’avez sans doute compris, les casas particulares, qu’elles soient aménagées comme des auberges de jeunesse ou des maisons d’hôtes, sont les meilleurs endroits où séjourner à Cuba ! Vous n’aurez que l’embarras du choix pour trouver des auberges à Cuba, voici donc quelques-uns des endroits que nous avons appréciés :

Auberges à La Havane

Comme c’est la plus grande ville, La Havane a aussi le meilleur choix d’auberges. Heureusement, La Havane, et Cuba en général, sont relativement sûres. Contrairement à d’autres capitales d’Amérique latine, où les quartiers centraux peuvent être dangereux, Centro Habana (La Havane centrale) et Habana Vieja (La Vieille Havane) sont d’excellents endroits où séjourner. Cela signifie que vous pouvez vous immerger dans la belle architecture de la capitale cubaine, avec une vie nocturne animée et des sites historiques à votre porte.

📷 Alice Maffucci

Hostal Camila y Merci

Situé à seulement 10 minutes à pied de la magnifique promenade du front de mer Malecón et à la même distance de la plupart des principaux sites du centre-ville. Elle offre une expérience intime, avec un seul dortoir de six lits. Cette auberge est idéale si vous souhaitez améliorer votre espagnol ou vos compétences en danse, car elle propose des cours sur place.

Casa Novo Guest House

Cette auberge est située dans une belle maison coloniale datant des années 1900. Elle est équipée de l’air conditionné et ne propose que des chambres privées. Toutefois, si vous optez pour une chambre à cinq lits, une chambre à trois lits ou même une chambre double, les prix restent très raisonnables, ce qui est plus avantageux pour les personnes voyageant en groupe. L’hôtel est également très bien situé dans le centre de Habana.

Casa Colonial Biani & Lessi

Cette casa particular est également située dans une maison coloniale qui, bien que vieille de près de 100 ans, dispose d’équipements modernes tels que la climatisation, un sèche-cheveux, un coffre-fort et un minibar. Il se trouve également à une courte distance des principaux sites touristiques de La Havane, de la vie nocturne et du front de mer. La zone WiFi gratuite de La Havane se trouve également à proximité (ce qui, comme vous le verrez plus loin, est une bonne chose étant donné le manque général de connectivité Internet sur l’île).

Auberges à Matanzas

Comme il n’y a pas beaucoup d’options de bon rapport qualité-prix dans la station balnéaire de Veradero, la ville voisine de Matanzas est un excellent choix. De plus, comme c’est un endroit où vivent les habitants, il a beaucoup plus de personnalité et d’authenticité.

Super Casa Doña Edita

Cet établissement est un bon exemple de ce que l’on peut trouver à Matanzas : il est simple, mais avec des lits confortables, l’air conditionné, l’eau chaude et un bel espace extérieur rempli d’arbres fruitiers, où vous pourrez vous détendre pendant les longues et chaudes soirées. L’hébergement comprend une chambre privée à trois lits et deux appartements à trois lits, qui sont abordables même pour une personne et constituent une option encore plus intéressante s’ils sont partagés.

Residencia Filuentes

Un peu plus loin de Matanzas, mais parfaitement situé pour se rendre à Veradero. L’hébergement se fait dans des appartements à deux lits, également abordables, avec la climatisation, une terrasse extérieure et un barbecue !

Auberges à Trinidad

Hostal Calleyro

L’Hostal Calleyro offre une expérience intime, car il n’y a qu’une seule chambre à trois lits. Elle est très bien située, à seulement deux minutes à pied de la Plaza Mayor (place principale), et dispose de la climatisation et d’une terrasse qui offre une vue imprenable sur la ville. Sa petite taille vous permettra de faire connaissance avec le propriétaire et sa famille, qui sont tous chaleureux et amicaux !

Hostal Mar y Tierra

Il s’agit d’un autre petit établissement, avec une chambre double et une salle de bain. Il est situé au cœur de la ville, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, à quelques centaines de mètres de la magnifique place principale. La nourriture est disponible, et il y a l’air conditionné !

Auberges à Santa Clara

Hostal Eva y Ernesto

Cette auberge est spacieuse, propre et dispose d’une cuisine bien équipée. Vous avez le choix entre une chambre à deux lits, une chambre double ou un appartement à quatre lits, avec climatisation et salle de bains privée.

Hostal Don Jose

Ce petit bijou se trouve à deux pas de la place principale (Parque Vidal) et des clubs, bars et restaurants. Il n’y a qu’une seule chambre dans cette maison d’hôtes, qui peut accueillir trois personnes, alors réservez tôt si vous voulez rester et profiter de la terrasse privée.

Auberges à Santiago

Casa Colonial Nivia

Il y a deux chambres doubles et deux chambres à deux lits ici, toutes situées dans une jolie petite maison. Elle se trouve à deux pas de sites tels que le parc Cespedes, la Casa de la Música et le musée Emilio Bacardi. Détendez-vous dans les vergers privés et profitez du petit déjeuner copieux.

Hostal le Ceiba

L’Hostal le Ceiba propose trois chambres, dont une chambre à cinq lits qui offre un excellent rapport qualité-prix si vous la partagez ! Il se trouve dans le centre historique de la ville, à côté de l’église catholique Santísima Trinidad. Il y a un bar et la possibilité de se restaurer, l’air conditionné dans chaque chambre et une terrasse intérieure centrale pour se détendre après de longues journées d’exploration.

Cuba est-elle chère ?

La réponse courte à cette question est “cela dépend”. Il est évident que si vous souhaitez séjourner dans une station balnéaire de luxe, Cuba vous coûtera beaucoup d’argent. Heureusement, “voyager comme un local” est certainement la meilleure façon de découvrir Cuba, surtout si vous voulez économiser de l’argent et vivre une expérience de voyage plus authentique. Vous pouvez notamment économiser en séjournant dans des auberges de jeunesse ou des casas particulares, et en utilisant les transports publics. Vous pouvez également économiser en séjournant dans les villes voisines plutôt que dans les quartiers les plus populaires, en partageant les frais de taxi et d’hébergement avec vos amis et en mangeant de la nourriture de rue ou des cajitas (repas cubains servis dans des boîtes, voir “Nourriture cubaine”).

Comme vous l’avez probablement entendu, il n’y a pas de WiFi gratuit partout à Cuba. Il ne suffit pas d’acheter une carte SIM 4G. Pour économiser de l’argent, profitez de votre voyage pour vous déconnecter et vous perdre dans l’instant présent. Mais si l’envie d’envoyer des mèmes à votre chéri devient irrésistible, la marche à suivre pour accéder à l’internet est la suivante : tout d’abord, rendez-vous à l’entreprise nationale de télécommunications, ETECSA, et achetez une carte. Celle-ci vous donnera un login et un mot de passe (elle coûte 1 CUC pour 30 minutes). Pour se connecter, il faut se rendre dans un quartier de la ville où il y a un réseau, ce qui permet de se connecter avec les données de la petite carte. En général, les antennes téléphoniques sont situées sur les places principales. Conséquence involontaire : elles sont toujours pleines, ce qui en fait des endroits parfaits pour socialiser.

Cuba a deux monnaies : le peso cubain (CUP) et le peso cubain convertible (CUC). Le peso cubain est la monnaie la plus utilisée par les Cubains dans leur vie quotidienne et celle qui est la plus dévaluée. Vous pouvez l’utiliser pour acheter des choses dans les endroits fréquentés par les locaux. Le CUC, quant à lui, est la “monnaie touristique” et sa valeur est liée à celle du dollar américain. Le taux de change est d’environ 1 CUC pour 25 CUP. Ainsi, 1 CUC équivaut à 1 USD, 0,75 GBP ou 0,88 EUR (au moment de la rédaction du présent document).

La monnaie cubaine peut être difficile à comprendre. Toutefois, la plupart des établissements acceptent les paiements dans les deux monnaies et vous vous y habituerez en quelques heures. En ce qui concerne l’argent, la chose la plus importante à retenir est de prendre des euros, des dollars canadiens ou des livres (gardez à l’esprit que les billets écossais et nord-irlandais ne peuvent pas être échangés). Vous pouvez changer votre argent dans les deux monnaies dans les bureaux de change, faciles à trouver dans les principaux hôtels, banques et aéroports, ou dans les bureaux de change dits “CADECA”. Ne vous faites pas changer ailleurs, car il y a beaucoup de fausse monnaie en circulation. Nous vous conseillons de toujours faire convertir votre argent en CUCs, mais n’oubliez pas de garder de la monnaie en CUPs pour les bus guagua, les taxis, les snacks, la nourriture de rue, la nourriture dans certains restaurants ou les glaces.

Il n’est pas conseillé d’emporter des dollars américains, car une commission de 10 % est prélevée. En outre, les chèques de voyage, les cartes de crédit et les cartes de débit émises par des banques américaines ou des banques affiliées à des banques américaines ne sont pas acceptés. Il s’agit notamment des cartes American Express, des cartes bancaires Westpac et de certaines cartes MasterCard et Visa, selon la banque qui les a émises. Il n’y a pratiquement aucun distributeur de billets acceptant les cartes Cirrus ou Switch. Il vaut la peine d’emporter une réserve d’argent liquide d’urgence, y compris de quoi quitter Cuba au cas où vos cartes ne fonctionneraient pas – et même si elles fonctionnent, une commission locale de 3 % est prélevée sur toutes les traductions de distributeurs et de cartes.

Le système de double monnaie reflète le fait que certaines parties de l’île de Cuba sont divisées entre les touristes et les résidents. Étant donné que les visiteurs de l’île sont un peu plus riches que la population générale, les touristes doivent payer beaucoup plus pour certaines choses, comme les voyages en autocar sur de longues distances (voir “Voyager à Cuba”). La plupart des restaurants, bien que relativement bon marché pour les touristes, ne sont généralement abordables que pour les locaux plus aisés, ce qui signifie que les prix à Cuba sont plus élevés que ce que l’on pourrait attendre d’un pays en développement. Cette disparité fait qu’il est important que vous respectiez la population locale, afin que le tourisme soit bénéfique pour elle. Soutenez les entreprises locales et les petits artisans, respectez les coutumes locales et essayez de voyager de manière durable.

Où aller à Cuba ?

Cuba a beaucoup à offrir aux amateurs de soleil, aux touristes et à tous ceux qui se situent entre les deux. Nous vous présentons ici une vue d’ensemble des meilleurs endroits à visiter à Cuba, afin que vous puissiez établir votre itinéraire. Si vous cherchez des conseils plus spécifiques sur la manière d’occuper vos journées, consultez les sections “Que faire à Cuba” et “Que faire à La Havane”. Quoi qu’il en soit, voici quelques points d’intérêt à Cuba pour vous aider à démarrer :

La Havane

Capitale de Cuba, théâtre d’événements historiques et lieu de la grandeur coloniale, La Havane est probablement la destination la plus connue de Cuba. La vieille ville, Habana Vieja, est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ses rues sont bordées d’hôtels particuliers aux couleurs pastel, dont les façades en ruine ajoutent au charme. La Havane est née auXVIe siècle, la forteresse Castillo de la Real Fuerza (qui abrite aujourd’hui un musée) datant d’environ 450 ans. En vous promenant, vous tomberez sur le Gran Teatro, décoré de marbre blanc étincelant, et sur le monumental Capitolio, dont les piliers et les dômes rappellent ceux du Capitole des États-Unis. Ces édifices contrastent avec les vieux bâtiments en pierre de faible hauteur et la beauté discrète de la Plaza de la Catedral.

Pour une ambiance plus moderne, quittez Habana Vieja pour vous rendre à Havana Centro. Ses monuments sont tout aussi impressionnants par leur taille et leur histoire. La colossale Plaza de la Revolucion s’étend sur 12 kilomètres carrés, ce qui est encore plus impressionnant si vous l’imaginez remplie de monde, avec Castro en train de prononcer l’un de ses célèbres discours. D’un côté se dresse un monument de 100 mètres de haut consacré à José Martí, qui a joué un rôle déterminant dans la lutte de Cuba contre les colonisateurs espagnols. De l’autre côté se trouve le Teatro Nacional, dont la simplicité moderniste – béton blanchi à la chaux, lignes droites et verre – est un peu différente de celle du Gran Teatro. L’immense silhouette de Che Guevara, apposée sur le côté du ministère de l’Intérieur, est une curiosité à ne pas manquer (et d’ailleurs, on ne pouvait pas la manquer).

La Havane n’est cependant pas réservée aux amateurs d’histoire et de culture. La musique résonne à chaque coin de rue et il ne manque pas d’endroits pour boire un verre et danser la salsa, que l’on participe ou que l’on se contente de regarder. Le Malecón, une promenade de 8 km au bord de l’eau, est l’endroit idéal pour accueillir des gens de tous horizons. Si vous voulez vous éloigner de toute cette agitation, la capitale possède également de magnifiques plages, mais nous y reviendrons plus tard.

📷 RC77

Trinidad

Pensez à de charmantes rues pavées bordées de demeures séculaires. Les bâtiments de ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO datent des18e et19e siècles et comprennent des conceptions d’influence orientale et néoclassique. À côté de cette opulence, on trouve d’humbles maisons anciennes peintes dans un arc-en-ciel de couleurs. La place centrale est enchanteresse et, pendant la journée, elle est remplie d’échoppes d’artisans. Le soir, c’est le principal lieu de rencontre des habitants. La ville est située à l’ombre de la Sierra Escrambray, où Che Guevara et ses guérilleros ont effectué des manœuvres pendant la guerre révolutionnaire. Elle se trouve à quelques kilomètres de la plage idyllique de Playa Ancón – que l’on peut rejoindre à vélo, ce qui permet d’admirer son environnement au fur et à mesure.

backpacking cuba - Trinidad - old cars

📷 Alice Maffucci

Santa Clara

Santa Clara, également connue sous le nom de “ville du Che”, a joué un rôle central dans l’histoire révolutionnaire de Cuba. C’est là que s’est déroulée la célèbre “bataille de Santa Clara”, au cours de laquelle Che Guevara et ses troupes ont remporté une victoire décisive sur l’armée de Fulgêncio Batista, malgré une infériorité numérique de dix contre un. Les musées et le mausolée du Che valent vraiment la peine d’être visités. Toutefois, Santa Clara est également connue pour être une ville amusante, ouverte et libérale, en partie parce qu’il s’agit d’une ville universitaire. L’atmosphère y est jeune, la musique et la vie nocturne excellentes.

backpacking cuba - Santa Clara - Che Guevara's mausoleum

📷 Alice Maffucci

Veradero et Matanzas

La plus grande station balnéaire des Caraïbes, située sur une péninsule de 20 km de long avec des plages de sable blanc de tous les côtés, Veradero offre des eaux chaudes et cristallines où vous pouvez passer toute la journée à vous détendre. Vous pouvez même vous asseoir et lire un livre dans l’eau, tellement elle est calme. Que diriez-vous de parcourir les “Mémoires de la guerre révolutionnaire cubaine” de Che Guevara, un livre que tous les étudiants cubains reçoivent lorsqu’ils obtiennent leur diplôme de fin d’études secondaires ? Vous pouvez également découvrir les débuts de la vie de cette icône révolutionnaire dans “The Motorcycle Diaries”. Ce livre retrace le voyage du Che en Amérique du Sud alors qu’il n’avait qu’une vingtaine d’années, ce qui en fait la lecture idéale pour un baroudeur aventureux !

Vous vous dites probablement : “Ça a l’air d’être le paradis, quel est le piège ?” Eh bien… le piège, c’est l’argent, comme vous l’avez sans doute deviné. Il s’agit d’un centre de villégiature de luxe avec des prix qui vont avec. Mais si vous avez un budget de routard, vous ne devez pas vous en priver : restez à Matanzas, qui est proche de Veradero mais beaucoup moins cher (le bus Viazul de La Havane à Matanzas coûte 7 CUC). De là, vous pouvez prendre les transports publics locaux (essentiellement un bus ouvert avec quelques tabourets qui coûte 10 CUP, soit moins de 0,50 €). Vous arriverez ainsi à Varadero en 30 minutes environ, ce qui vous permettra d’y passer toute la journée.

Séjourner à Matanzas offre de toute façon une expérience de voyage plus authentique. Cette ville essentiellement afro-cubaine est le berceau de la rumba et compte des projets culturels dirigés par des artistes qui soutiennent et promeuvent les artistes afro-cubains. Si vous en avez assez de vous prélasser sur la plage, visitez la rue colorée de Callejón de las Tradiciones et des sites tels que le Teatro Sauto.

Santiago de Cuba

Santiago est la deuxième ville de Cuba et un haut lieu de la culture afro-cubaine. Sa vie nocturne, sa salsa et ses cabarets rivalisent avec ceux de La Havane. La ville abrite également une forteresse duXVIIe siècle magnifiquement préservée, le Castillo de San Pedro de la Roca. Perché sur les falaises, il offre une vue magnifique sur le bleu profond de l’océan. La pièce maîtresse de Santiago est le Parque Céspedes. Cette place porte le nom du héros révolutionnairedu XIXe siècle et est entourée de bâtiments historiques, chacun ayant une histoire fascinante.

Cayo Santa Maria, Cayo Ensenachos et Cayo Francés

Si vous voulez vous offrir un peu de luxe, il n’y a pas de meilleur endroit que ces îles au large de la côte nord de Cuba. Vous y trouverez des sables vierges, propres et déserts. Les vastes étendues d’eau d’un bleu limpide et chatoyant sont absolument stupéfiantes. N’oubliez pas que cette région est également dominée par les stations balnéaires et qu’aucun habitant n’y vit – il vous faudra donc peut-être dépenser un peu si vous voulez venir ici.

backpacking cuba - where to go - white sand beach

📷 Alice Maffucci

Que faire à Cuba ?

Que faire à Cuba ?

1. Apprendre à danser ou acquérir de nouvelles compétences !

S’il y a bien une chose que l’on peut dire des Cubains, c’est qu’ils savent danser. Rendez-vous dans une école de salsa pour essayer quelque chose de nouveau ou pour vous perfectionner et vous préparer à impressionner lors d’une soirée en ville. Parmi les options, citons Latin Salseando, à La Havane, qui est ouverte aux Cubains comme aux étrangers, ce qui vous permet de vous immerger réellement. Baila Habana propose des cours adaptés à tous les niveaux de difficulté, à La Havane et à Santiago. Si vous n’êtes pas très enthousiaste à cette idée, il existe d’autres moyens de vous plonger dans la culture cubaine : vous pouvez essayer de danser la rumba, le merengue ou même le reggaetón. Si vous voulez économiser de l’argent, recherchez des écoles proposant des cours libres. Vous pouvez aussi vous associer avec des amis pour réserver une leçon privée en groupe, qui nécessite généralement cinq personnes ou plus, mais qui est plus avantageuse que les leçons individuelles.

Si l’idée de danser ne vous enchante pas, certaines écoles, comme La Casa de Son et Salsabor a Cuba (toutes deux à La Havane), proposent des cours de musique, y compris d’instruments de percussion cubains, comme le célèbre tambour conga ! À Salsabor a Cuba, vous pouvez également vous essayer à la guitare latine. Si vous n’avez pas la fibre musicale, pourquoi ne pas prendre des cours d’espagnol ? C’est une excellente occasion de rencontrer des gens tout en acquérant des compétences qui vous permettront de vous engager davantage dans la culture locale.

backpacking cuba - men playing guitars

📷 Norbert Höldin

2. Découvrez les chutes d’eau de Trinidad et nagez dans les piscines naturelles

Le parc naturel El Cubano fait partie du Parque Natural Tropes de Collantes, beaucoup plus vaste, et se trouve à seulement deux kilomètres de la Plaza Mayor, ce qui vous donnera un avant-goût de la beauté naturelle de l’île. Cependant, un voyage à Trinidad serait inutile sans la visite des chutes d’eau du “Salto del Caburní”. Le sentier est long de 5 km et offre un paysage naturel magnifique, mais pour y accéder, il faut d’abord prendre un taxi jusqu’à Topes de Collantes. Le sentier traverse une forêt tropicale dense et passe devant de magnifiques formations rocheuses. Il peut être assez difficile par endroits, malgré la distance relativement courte. Il est donc préférable d’apporter des chaussures confortables et de ne s’y aventurer que si l’on a une bonne condition physique. L’entrée de la Villa Caburní est payante, mais vous pouvez vous baigner dans une piscine d’eau claire et fraîche, isolée sous les arbres et les falaises. Vous verrez peut-être quelques personnes sauter des rebords – mais gardez à l’esprit que cela peut entraîner des blessures graves, surtout pendant la saison sèche, lorsque le niveau de l’eau est plus bas.

backoacking cuba - Trinidad’s waterfalls

📷 Óscar Ardèvol

3. Voir comment le Che a gagné une bataille avec un bulldozer

Le Monumenta a la Toma del Tren Blindado (musée de la voiture blindée) de Santa Clara n’est pas vraiment un musée typique, car la majeure partie est située en plein air, dans un parc. La bataille de Santa Clara a joué un rôle essentiel dans la révolution de 1959, le gouvernement tombant le lendemain. Pour vaincre les forces de Batista, Che Guevara et ses guérilleros ont utilisé un bulldozer pour faire dérailler un train blindé transportant plus de 300 soldats. Ce bulldozer trône aujourd’hui sur un socle dans le parc, et quatre des wagons abritent des expositions qui témoignent de cette attaque audacieuse et ingénieuse.

4. Voir où sont enterrés certains des personnages les plus célèbres de Cuba

L’immense cimetière de Santa Ifigenia, créé en 1868, abrite le mausolée de José Martí, héros révolutionnairedu XIXe siècle. Cette énorme structure en pierre mesure 24 mètres de haut et ses côtés sont ornés de figures colossales. Le cimetière est également le lieu de repos de Carlos Manuel de Céspedes, connu sous le nom de “Père de la patrie”, qui a libéré ses esclaves et les a menés dans une rébellion contre les Espagnols. Parmi les autres Cubains célèbres enterrés ici, citons Tomás Estrada Palma, le premier président de Cuba (qui fut ensuite très détesté) et Emilio Bacardi, une personnalité (très appréciée) de la dynastie du rhum Bacardi. Le dernier résident à avoir été enterré ici en 2016 n’est autre que Fidel Castro lui-même.

4. Admirer la beauté naturelle et l’histoire dans les parcs nationaux de Cuba

Autre site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette région est réputée pour sa beauté naturelle et ses plantations de tabac. La visite de ces dernières vous mettra en contact avec l’industrie la plus célèbre de Cuba et vous donnera un aperçu de la vie des personnes qui y travaillent. Les caractéristiques les plus célèbres du parc sont peut-être ses “Mogotes”. Il s’agit de hautes collines aux flancs abrupts, qui créent un paysage presque extra-terrestre dans la verdure luxuriante.

Le parc national de Desembarco del Granma, moins connu, se trouve à l’extrémité sud-ouest de Cuba, près de la ville de Bayamo. Cette magnifique région sauvage a été nommée d’après le célèbre yacht utilisé par Fidel Castro et ses révolutionnaires pour y accoster. Cet endroit est aujourd’hui le site d’un petit musée, avec une réplique du yacht et une reconstitution de la zone d’atterrissage, illustrant les défis auxquels les guérilleros ont dû faire face. Cependant, ce n’est pas la principale attraction, qui est fournie par les colossales terrasses calcaires – des plates-formes rocheuses à l’aspect bizarre avec des falaises abruptes et des sommets plats et herbeux. Vous pouvez également admirer ses énormes dolines et canyons, ainsi que les gravures rupestres des peuples indigènes.

6. Plongez dans une grotte remplie de merveilles naturelles

Situé près de Matanzas, ce réseau de grottes inondées est rempli de vie marine, notamment de poissons-anges et de barracudas. Vous pouvez choisir de vous détendre dans les eaux chaudes et d’admirer les magnifiques formations minérales, qui rappellent les plafonds d’une cathédrale ornée. Vous pouvez également louer un équipement de plongée avec tuba ou faire de la plongée sous-marine dans des galeries dont la profondeur peut atteindre 20 mètres. Pour éviter les foules, il est préférable d’y aller tôt le matin ou en fin d’après-midi.

7. S’imprégner de l’histoire au Parque de Céspedes

Les tours jumelles de la Catedral Basílica de Nuestra Señora de la Asunción (basilique cathédrale de Notre-Dame de l’Assomption… oui, c’est un peu fort) dominent cette place historique qui existe depuis leXVIe siècle. Elle a changé de nom, Plaza de la Catedral, Plaza de Armas, Plaza Mayor, Plaza Principal, Plaza de la Constitución, Plaza de la Reina et Plaza de Isabel II, mais n’a rien perdu de son charme. Le parc est entouré d’un ensemble de bâtiments magnifiques et fascinants. Parmi eux, l’Ayuntamiento (hôtel de ville) et la Casa de Diego Velázquez (vieille de plus de 400 ans), qui abrite aujourd’hui un musée avec des objets de l’époque coloniale. De plus, il est possible d’y obtenir le WiFi.

8. Découvrez la vie de Che Guevara dans sa dernière demeure

Du haut des collines qui surplombent Santa Clara, une immense statue en bronze du Che contemple la ville. Le musée qui s’y trouve retrace la vie du célèbre guérillero, avant et après la révolution – depuis son enfance et sa jeunesse en Argentine, en passant par la campagne révolutionnaire de la Sierra Maestra, jusqu’à ses jours en tant qu’homme d’État et sa mort prématurée en Bolivie aux mains du gouvernement et de la CIA. On y trouve des effets personnels du Che, tels que des photos, ses possessions et du matériel médical (il était médecin après tout). Le mausolée du Che s’y trouve également, mais il s’agit d’un ajout relativement récent, car son corps n’a été découvert en Bolivie qu’en 1997, dans une fosse commune avec les révolutionnaires qu’il dirigeait. Ses camarades révolutionnaires sont désormais à nouveau enterrés à ses côtés.

backpacking cuba - bronze statue of Che Guevara

📷 Anemone123

Que faire à La Havane ?

1. Découvrez l’histoire mouvementée de Cuba au musée de la Révolution

L’histoire de ce musée remonte à 1959, l’année où la dictature brutale de Fulgêncio Batista, soutenue par les États-Unis, a été renversée. Il est situé dans l’ancien palais présidentiel, incroyablement opulent. Le bâtiment abrite le Salón de los Espejos, une réplique de la galerie des glaces de Versailles, et le Salón Dorado (salle dorée), rempli de marbre jaune et d’or. La luxueuse décoration intérieure, signée Tiffany’s de New York, n’est pas moins impressionnante. Cependant, cette beauté cache le passé trouble du bâtiment. Si vous regardez attentivement le mur de l’escalier, vous pouvez voir les impacts de balles d’une tentative ratée de renversement du gouvernement de Batista.

Ce musée n’est pas seulement rempli de textes et de vieilles marmites. Il abrite des objets clés de la révolution, qui donnent vie aux événements. On y trouve notamment des uniformes tachés de sang lors de l’attaque ratée de la caserne Moncada, une collection d’armes et la pipe de Che Guevara. À plus grande échelle, le char de Fidel Castro, utilisé lors de l’invasion ratée de la Baie des Cochons, se trouve devant le musée. À l’arrière se trouve le Mémorial du Granma, qui abrite le yacht Granma. Ce petit bateau a transporté Fidel et 81 de ses camarades révolutionnaires du Mexique à Cuba, où ils ont failli mourir.

Bien que certains panneaux soient en anglais et en espagnol, une connaissance rudimentaire de l’espagnol vous permettra de mieux profiter de votre visite. Le prix d’entrée est de 8 CUC pour les adultes, et vous pouvez engager un guide pour 3 CUC supplémentaires.

2. Prendre un mojito dans l’un des anciens débits de boisson d’Ernest Hemingway

“Mon mojito à La Bodeguita, mon daiquiri à El Floridita” : tels sont les mots du célèbre aventurier, voyageur et écrivain Ernest Hemingway, affichés sur le mur de La Bodeguita del Medio. Qu’il s’agisse de la vérité ou d’un mythe, cela vaut la peine de remonter le temps dans ces bars classiques de La Havane, et de déguster un cocktail au passage, bien sûr !

Comme vous pouvez probablement le deviner d’après la citation ci-dessus, la spécialité de La Bodeguita est le mojito (fait avec du rhum blanc, du sucre, de la menthe, du citron vert et de l’eau gazeuse). Ce petit bar artistique a été acheté par Ángel Martínez en 1942. Il s’agissait à l’origine d’une petite boutique, ou “Bodeguita”, avant que le bouche à oreille n’en fasse un restaurant et un bar. Qu’il ait été le favori d’Hemingway ou non, c’est toujours un point important sur la carte culturelle de Cuba – avec le poète national cubain, Nicolás Guillén, parmi ses anciens clients. Les murs sont couverts de signatures de personnes ayant fréquenté l’établissement et de vieilles photos, et la musique live complète l’atmosphère. C’est une relique d’un ancien Cuba, pas le Cuba glamour des années 50, mais un Cuba plus bohème. Si c’est le glamour que vous recherchez, rendez-vous à El Floridita, célèbre pour ses Daiquiris (rhum, citron vert, sucre et glace pilée). C’est un peu plus haut de gamme, avec des serveurs à l’ancienne en veste rouge qui s’occupent de tous vos besoins.

3. Faites une pause dans le bruit à l’une des Playas del Este

Si vous souhaitez profiter du soleil et du sable de Cuba, ou vous éloigner de la ville, rendez-vous aux Playas del Este. En termes de beauté naturelle, elles peuvent rivaliser avec les stations balnéaires les plus connues. L’arrière-plan n’est peut-être pas aussi luxueux, mais beaucoup disposent d’installations telles que des restaurants et des chaises longues. Elles ne sont pas aussi touristiques, car c’est là que les habitants de La Havane se rendent pour se détendre. Les plages comprennent Santa Maria del Mar, Bucurunao, Tarará, Mégano, Boca Ciega et Guanabo. Le bus touristique T3 vous y emmènera pour 5 CUC, ou vous pouvez partager un taxi.

backpacking cuba - Playas del Este

📷 Tanja Oijar

4. Découvrez la grandeur du Gran Teatro

Les représentations ont commencé ici en 1838, ce qui en fait l’un des théâtres les plus anciens d’Amérique latine. La façade baroque du bâtiment est une attraction en soi, ornée de sculptures complexes et de décorations décadentes. À l’intérieur, vous trouverez un auditorium de 1 500 places qui accueille des spectacles du Ballet national cubain et de l’Opéra national. Vous pouvez assister à un spectacle exceptionnel pour 30 CUC, mais si votre budget ne vous le permet pas, il existe des visites guidées pour quelques CUC seulement, qui sont souvent assurées par un membre de l’une des compagnies théâtrales. Vous pourrez peut-être même assister à une répétition générale !

5. Faire une balade en voiture de collection

C’est peut-être un peu cliché, mais il n’y aurait pas de voyage à Cuba sans une balade dans une Cadillac des années 50 aux couleurs vives. Il y a quelque chose de spécial dans le chrome brillant et l’arrière extravagant de ces voitures, qui étaient importées par les riches avant que le gouvernement de Castro ne prenne le pouvoir. L’interdiction d’importer des voitures et des pièces détachées étrangères, décrétée en 1959, a figé les choses dans le temps. Aujourd’hui, elles partagent les routes avec des Ladas de l’ère soviétique et d’autres voitures importées plus récemment.

Ces voitures “antiques” ne le sont pas à proprement parler, leur carrosserie a été “cannibalisée”, et il ne reste que peu de pièces d’origine sous la carrosserie. Après tout, elles n’ont pas été conservées dans des garages par des collectionneurs, elles ont été utilisées tous les jours ! Le fait qu’elles fonctionnent encore témoigne de l’ingéniosité des Cubains ordinaires face à l’adversité. Des entreprises privées organisent des visites guidées dans ces voitures, mais elles sont souvent très chères. De même, les “almendrones” partagées peuvent être très dangereuses. Pour avoir l’esprit tranquille et ne pas se ruiner, optez pour un véhicule appartenant à la compagnie nationale “Gran Cars”.

backpacking cuba - pink car outside building

📷_thelittleadventure

6. S’émerveiller devant l’ampleur du Capitole

Ce bâtiment néoclassique d’un blanc éclatant domine tout ce qui l’entoure – avec un immense dôme à plusieurs niveaux et de grandes colonnes de marbre. Bien qu’il ressemble au Congrès américain, il est encore plus grand ! Commandé par le président Machado et achevé en 1931, il a rapidement été associé à son autoritarisme et à sa corruption. En effet, lorsqu’il a été renversé par un coup d’État, son image a été effacée des portes. Il n’est donc pas étonnant que le régime communiste ait négligé le bâtiment, le considérant comme une relique de l’ancien régime.

À l’intérieur, vous trouverez la salle des pas perdus, avec ses sols en marbre brillant et son plafond sculpté si haut qu’il étouffe les échos. La statue de la République n’est pas moins colossale – c’est en fait la troisième plus grande statue intérieure au monde. Comme si cela ne suffisait pas, le sol est orné d’un diamant de 24 carats.

Le bâtiment a été laissé à l’abandon pendant des décennies, jusqu’à ce que Raúl Castro décide d’en faire le siège de l’Assemblée nationale. Le gouvernement a donc commencé à le restaurer en 2010. Après d’importants travaux de rénovation, il a rouvert ses portes en 2018, ce qui vous permettra de le voir dans toute sa splendeur.

7. Découvrez le héros national de Cuba au mémorial José Martí

La figure en marbre de José Martí mesure 17 mètres de haut, devant une tour de 109 mètres en forme d’étoile à cinq branches de Cuba. Non seulement il a défendu la cause anticoloniale, mais il a aussi été un écrivain et un poète de renom. D’ailleurs, la chanson cubaine la plus connue (et la plus reprise), “Guantanamera”, met en musique ses paroles. Sa vie s’est achevée lorsqu’il a foncé sur les lignes espagnoles, ce qui a fait de lui un martyr et a assuré la pérennité de son nom.

La vue depuis le sommet du mémorial est spectaculaire et, par temps clair, on peut même apercevoir Key West, le point le plus méridional des États-Unis. La base du mémorial abrite un musée qui retrace la vie de Martí, ses écrits, son activité révolutionnaire et l’histoire du monument lui-même.

8. Se sucrer le bec dans le glacier socialiste de Fidel Castro

Après la révolution, Fidel Castro, lui-même amateur de glaces, s’est promis de créer un glacier qui rivaliserait avec ceux des États-Unis. Pour ce faire, il a cherché à prouver ce que le socialisme pouvait réaliser, en construisant un grand glacier d’État. La succursale de La Havane, sur la Calle y L, est un endroit unique, avec un étage en forme de soucoupe volante et suffisamment de sièges pour 1000 personnes. Il faut parfois attendre un peu avant d’être servi, mais cela vous donnera le temps d’apprécier cette bizarrerie typiquement cubaine.

La cuisine cubaine

La cuisine cubaine a beaucoup évolué depuis une vingtaine d’années. Auparavant, la scène culinaire était dominée par les restaurants d’État, qui n’offraient pas beaucoup d’ambiance. La nourriture manquait également d’assaisonnement, en raison de la difficulté d’importer des épices. Mais tout cela a changé avec l’essor des “paladares”, ces petits restaurants privés légalisés dans les années 1990. Ces réformes ont permis aux Cubains de vendre de la nourriture et ont été étendues sous Raúl Castro.

À l’instar du reste de la culture cubaine, la cuisine cubaine mêle des saveurs issues de différentes cultures, avec des influences caribéennes, espagnoles et africaines. Les plats ont tendance à être assez simples, avec du riz et des haricots comme aliments de base. Vous trouverez d’ailleurs des moros y cristianos (haricots noirs et riz) sur presque tous les menus. Ce n’est peut-être pas le plat le plus raffiné, mais il est bon marché, rassasiant et constitue une bonne option de secours pour les végétariens.

L’influence espagnole dans la cuisine cubaine se manifeste dans le plat d’arroz con pollo (“riz au poulet”). Composé de riz moelleux et savoureux et de poulet tendre, il ressemble à une paella, mais sans les fruits de mer.

Si vous êtes un gros mangeur de viande, ne manquez pas de goûter à la “ropa vieja”. Ce plat, qui se traduit par “vieux vêtements”, peut sembler peu appétissant. Pourtant, il s’agit d’un plat très réconfortant composé de viande de bœuf effilochée cuite lentement dans une riche sauce tomate. Il y a aussi la vaca frita, qui signifie “bœuf frit”. Ne vous inquiétez pas, c’est un peu plus sophistiqué que cela – de la viande croustillante marinée dans des épices, du citron vert, de l’ail et du sel – qui a dit que la nourriture cubaine était fade ? Et pour le dessert, il y a le flan, un dessert crémeux et gélatineux qui ressemble à la crème caramel. Si cela ne vous tente pas, essayez le très gourmand gâteau tres leches. Ce délice sucré doit son nom au fait qu’il est trempé dans trois types de lait différents : du lait concentré sucré, du lait évaporé et de la crème épaisse.

Bien qu’il existe des paladares plus huppés, destinés aux habitants plus aisés et aux touristes, vous pouvez également y trouver des plats d’un bon rapport qualité-prix. Certains vendent des “cajitas”, des boîtes remplies à ras bord de riz, de haricots, de poulet et de salade pour seulement 25 CUP (environ 1 €). Les paladares sont également l’endroit idéal pour déguster du rhum et pour se lancer dans la danse du mambo, de la guajira, du cha cha, de la salsa ou du merengue.

Un autre conseil pour les voyageurs à petit budget est de rester à l’affût de la nourriture de rue, vendue dans les vitrines, les charrettes et les stands. Vous y trouverez des boîtes contenant de la viande, du riz et des haricots, ainsi que des sandwichs simples garnis de jambon ou de fromage, ou encore des spaghettis avec de la sauce. Ne manquez pas le café cubain bon marché, à la fois fort et sucré, le parfait remontant !

Si vous avez envie de sucreries, vous aurez l’embarras du choix : les boulangeries proposent des pastelitos (pâte feuilletée garnie d’une garniture sucrée ou salée) et les stands vendent des glaces – payées en CUP, ce qui signifie qu’elles sont d’un excellent rapport qualité-prix. En ce qui concerne les en-cas salés, l’offre est abondante et la plupart d’entre eux sont adaptés aux végétariens et aux végétaliens. Essayez les tostones (tranches de plantain frites) ou les yucca fingers – des légumes-racines frits comme des frites et délicieusement trempés dans du ketchup à la tomate. Pour plus de friture, que diriez-vous d’un peu de malanga ? Les Cubains prennent ce légume, le recouvrent de pâte à frire et le font frire jusqu’à ce qu’il soit croustillant et délicieux.

Cuba est célèbre pour ses sandwichs, dont les imitations sont vendues dans le monde entier. Que diriez-vous d’essayer le vrai ? Le “sandwich cubain” est parfois appelé “mixto” (mixte) sur l’île même. Il se compose de porc rôti, de jambon, de fromage, de cornichons et de moutarde servis sur du pain cubain croustillant et moelleux. Le sandwich “medianoche” (minuit), composé de porc rôti, de fromage et de cornichons servis dans un pain aux œufs doux et moelleux, est un en-cas populaire en fin de soirée ou après une soirée en boîte de nuit.

Malheureusement, la nourriture végétarienne n’est pas très répandue à Cuba – n’oubliez pas que c’est un pays qui a souffert de pénuries alimentaires régulières, et que le régime alimentaire des habitants consiste principalement en du riz et des haricots avec de la viande. Même si ce n’est pas la meilleure destination pour un végétarien, il y a des moyens de contourner ce problème, il suffit d’être préparé. Un bon moyen de se rassasier est de manger dans votre casa particular – il suffit d’informer vos hôtes de vos exigences alimentaires et de les prévenir à l’avance pour qu’ils se préparent en conséquence. Prendre le petit-déjeuner ou le dîner dans une casa particular est également un excellent moyen de goûter à la cuisine cubaine maison, que vous soyez végétarien ou carnivore.

Dans les grandes villes, comme La Havane, vous pourrez peut-être trouver des repas végétaliens ou végétariens décents, en particulier dans les restaurants italiens. En cas d’urgence, la nourriture de rue est une bonne option. Que diriez-vous d’une pizza cubaine, douce et moelleuse, avec du gouda à la place de la mozzarella ? Il est conseillé de se munir d’un guide de conversation en espagnol pour savoir ce qu’il faut demander.

Vie nocturne cubaine

La musique et la danse font partie intégrante de la culture cubaine. Il n’est donc pas surprenant que la vie s’anime le soir. Lorsque vous vous éloignez des bars touristiques de La Havane, vous êtes sûr de trouver quelque chose d’inoubliable. Du Reggaetón (mélange de musique latino-américaine et de reggae) au Son Cubano traditionnel, en passant par le jazz, la musique live est omniprésente. Les Cubains savent aussi vraiment comment danser. Ici, on ne traîne pas les pieds de manière gênée ! La salsa, la rumba et le cha-cha se déroulent souvent sous les étoiles, dans des lieux en plein air, et parfois dans les rues et sur les places des villes. Quelle meilleure façon de passer une chaude soirée cubaine ?

backpacking cuba - man and saxophone - blue door

📷 Jessica Knowlden

Envie de vivre cette expérience ? Voici quelques options qui s’offrent à vous :

1. La Havane – Salon Rosado de la Tropical

Cet immense lieu en plein air voit des centaines de personnes danser sur de la salsa, du reggaetón, du hip hop et même de la musique électronique. Le samedi, on y danse généralement la salsa. Les habitants et les touristes s’amusent sur la piste de danse et boivent un verre de rhum dans l’air chaud du soir. Comme il peut y avoir beaucoup de monde, il est préférable de ne pas emporter d’objets de valeur et de garder un œil sur ses affaires.

2. La Havane – Jardines del 1830

Situé dans une magnifique vieille maison coloniale, juste au bord de la mer, le principal attrait de cet endroit réside dans son jardin, qui surplombe l’eau. L’événement principal a généralement lieu le vendredi soir, avec de la Timba, de la Salsa, du hip hop et du disco sur la terrasse.

3. Santiago de Cuba – Casa de la Trova

Santiago est réputé pour sa musique et a produit certains des artistes cubains les plus connus. Cette célèbre salle a également accueilli de grands noms, dont Paul McCartney. Ses artistes sont d’âges et de milieux différents, ce qui ajoute à son charme éclectique, le tout alimenté par du bon rhum cubain. Il est situé au centre de la ville, près du parc Céspedes.

4. Santiago de Cuba – Casa de las Tradiciones

Moins connu et un peu plus chaleureux, ce lieu propose également de la musique en direct. Il est un peu plus terre-à-terre et ses murs sont couverts d’œuvres d’art et de photos colorées. Outre la danse, des lectures de poèmes et des expositions d’art y sont organisées.

5. Trinidad – Casa de la Música

Si vous n’aimez pas les clubs moites, ne vous inquiétez pas, ce lieu est également en plein air. Elle accueille toujours des groupes de musique en direct, et les fêtes débordent parfois sur la Plaza Mayor.

Ne vous inquiétez pas si vous n’aimez pas danser, il y a bien d’autres choses à faire que de la salsa. La poésie, les représentations théâtrales et le jazz en direct ne sont pas l’apanage des riches et des snobs. Voici quelques idées pour vous :

6. Havana- Fabrica de Arte Cubano

Cette ancienne usine d’huile de cuisson abrite des galeries d’art, un cinéma, des pistes de danse, des restaurants, des bars et une salle de spectacles. Asseyez-vous et assistez à des lectures de poèmes ou à des représentations théâtrales. Vous pouvez également vous détendre avec un verre de rhum.

7. Havana- Café Teatro Bertholt Brecht

Cette salle en sous-sol accueille un public jeune dans ce qui était autrefois un centre communautaire juif. La musique va du hip hop au jazz afro-cubain (le mercredi).

8. Havane – La Zorra et El Cuervo

Signifiant “Le Renard et le Corbeau”, ce bar enfumé en sous-sol est un endroit idéal pour écouter du jazz afro-cubain.

9. Santiago de Cuba- Patio de los Abuelos

Ce bar et café en plein air signifie le patio des grands-parents, et la foule peut être un peu plus âgée – mais avec un mélange de groupes de musique, de poésie et de spectacles de variétés, c’est l’endroit idéal pour se détendre.

10. Santiago de Cuba – Club 300

Ce lieu a ouvert ses portes au cours des dix dernières années et est donc relativement nouveau sur la scène jazz cubaine, mais il s’est déjà fait un nom. On ne sait jamais exactement ce que l’on va voir, qu’il s’agisse d’acid jazz, de jazz fusion, de latin jazz ou de ragtime à l’ancienne.

11. Santa Clara- Club Menjunje

C’est un endroit qui ne manque jamais de surprises. On y trouve de la poésie, du boléro, de la salsa et de l’art, le tout dans un vieux bâtiment en ruine – comment peut-on faire plus cubain ? Il y a aussi une soirée LGBT, mais nous y reviendrons plus tard.

Lorsque vous voyagez, en particulier dans un endroit aussi excitant et énergique que Cuba, il est facile de s’épuiser. Pour les moments où vous voulez simplement vous détendre, un bar à rhum à La Havane est un bon point de départ. Prenez un rhum ou une bière bon marché et regardez un match de baseball. Veillez à ne pas déranger les habitants en faisant trop de bruit ou en entrant en groupe. Voici quelques autres endroits où vous pourrez vous détendre avec une bière fraîche après une longue journée dans la chaleur :

12. Santa Clara – La Marquesina

Ce bar bien connu, situé au coin du Parque Vidal, accueille un mélange de locaux et de touristes, et ce pour une bonne raison : une atmosphère détendue, des boissons bon marché et de la musique live de temps en temps.

13. Trinidad – Casa de la Cerveza

Un autre lieu dans un bâtiment en ruine – cette fois un vieux théâtre du19ème siècle dont le toit s’est effondré. C’est une brasserie, mais ne vous attendez pas à des bières artisanales spéciales, le Cristal cubain bon marché est à l’ordre du jour ici.

Vous voulez goûter à la décadence de l’ancien Cuba pré-révolutionnaire ? Les grands cabarets sont les meilleurs endroits pour cela, avec des spectacles et des danses qui rappellent Las Vegas, avec une touche latine. Préparez-vous à dépenser un peu d’argent, surtout à La Havane :

14. Havana – Tropicana

Ce cabaret est probablement le plus emblématique et aussi le plus cher, mais à juste titre. Le spectacle est de grande envergure, avec une valeur de production élevée. Vous pouvez économiser de l’argent en mangeant ailleurs et en ne payant que l’entrée, plutôt qu’en achetant l’un de leurs dîners à trois plats.

15. Santiago de Cuba – Tropicana

Les spectacles sont influencés par le caractère afro-cubain de la ville et coûtent environ la moitié du prix que vous paieriez à La Havane pour une expérience similaire.

16. Santiago de Cuba – San Pedro de Mar

Sshh!... This is a secret

Discover the "next hot backpacker destination" this 2024.

Just so you know, we will be able to see if you open our emails to help us monitor the success of our marketing campaigns. You will find further details in our data protection notice.

Il s’agit du cabaret le plus traditionnel de Santiago, datant de 1950. Là encore, les prix sont beaucoup plus abordables qu’à La Havane.

Vie nocturne des LGBT à Cuba

Historiquement, Cuba a été conservatrice en ce qui concerne les personnes LGBT, le gouvernement révolutionnaire ayant pris des mesures répressives. Toutefois, comme dans le reste du monde, de nombreux changements sont intervenus depuis lors. En 2010, Fidel Castro lui-même a reconnu sa responsabilité personnelle et ses regrets pour la persécution des personnes LGBT après la révolution. Des défilés de la fierté sont désormais organisés dans tout le pays, et Cuba est aussi sûr, voire plus sûr, que d’autres pays d’Amérique latine pour les personnes LGBT. Les personnes transgenres sont bien visibles, la chirurgie de réassignation étant gratuite dans le cadre du système de santé cubain. Il est toutefois conseillé de se méfier des démonstrations publiques d’affection en dehors des espaces LGBT conviviaux. Les attitudes peuvent être plus conservatrices dans les zones rurales et à La Havane même, mais Santa Clara est connue pour être un havre libéral. Voici quelques conseils pour les LGBT et les espaces LGBT conviviaux pour la vie nocturne à Cuba :

1. La Havane – Proyecto Divino

Il ne s’agit pas d’un lieu, mais d’une soirée organisée chaque samedi au Café Cantante, sous le Teatro Nacional, avec des spectacles de danse et de travestissement.

2. La Havane – Cabaret las Vegas

Il s’agit du lieu LGBT le plus connu de Cuba, avec des spectacles de travestis et de danse tard dans la nuit, accueillant un mélange d’habitants et de touristes.

3. La Havane – La Esencia

Un magnifique manoir orné datant duXIXe siècle abrite un restaurant et un bar élégants. La soirée LGBT a lieu le lundi, et il y a un karaoké le mercredi et un happy hour le vendredi – où vous trouverez une atmosphère LGBT-friendly.

4. La Havane – Mi Cayito

Seule plage gay de Cuba, elle est située entre les plages plus connues de Santa Maria de Mar et de Boca Ciega, et dispose de tous les équipements habituels (comme la location de chaises longues).

5. Santa Clara- Mejunje

Signifiant quelque chose de proche de “hotchpotch” ou “mélange”, c’est un endroit où les créatifs et les étudiants locaux se rassemblent. Le samedi, il y a une soirée de danse drag et LGBT, ainsi que des groupes de musique, le tout dans une atmosphère conviviale et ouverte à tous.

Culture et coutumes cubaines

Le peuple cubain

Cuba est multiculturelle jusqu’à la moelle. L’île mélange des éléments des cultures ouest-africaine, caribéenne et européenne, qui influencent tout, de la danse à la musique en passant par la nourriture. Ces influences se sont même infiltrées dans la culture religieuse de l’île, sous la forme de la Santería, qui mélange les pratiques religieuses catholiques et les croyances religieuses de la tribu nigériane des Yorubas.

À l’instar de la culture qu’ils ont créée, les Cubains eux-mêmes sont un mélange de groupes culturels et ethniques. En règle générale, les Cubains sont chaleureux et amicaux. Leurs communautés sont très unies et témoignent de leur résistance aux difficultés et à la pauvreté. Allez sur les places des villes le soir et vous pourrez le constater par vous-même : les gens sont dans la rue, discutent entre eux et écoutent de la musique. Pour vraiment s’immerger dans la culture cubaine, il est utile de connaître un peu d’espagnol, ne serait-ce que quelques phrases, afin de pouvoir échanger quelques mots amicaux. N’oubliez pas que, comme tout le reste, la variété cubaine de l’espagnol a subi de nombreuses influences : elle n’a rien à voir avec ce que l’on trouve dans les manuels scolaires !

La nation cubaine est née de la lutte contre l’esclavage et le colonialisme. Cela se voit dans des genres musicaux tels que le son cubain, un genre musical dont les origines remontent aux personnes opprimées et marginalisées et qui est né auXIXe siècle du mariage d’instruments et de rythmes afro-caribéens avec la guitare espagnole. L’importance de la musique dans la culture cubaine se voit et s’entend partout : toutes sortes de personnes prennent part aux chants et aux danses, des plus jeunes aux plus âgés, qu’il s’agisse de salsa ou de rumba, de cha-cha-cha ou de merengue.

Mais vous vous posez certainement des questions : De quoi s’agit-il ? D’où vient la danse ? Comment puis-je m’y mettre ? Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions !

La salsa cubaine

Parmi les styles de danse cubaine, la salsa est probablement le plus connu. Le style de danse connu sous le nom de “Salsa” trouve ses racines dans ce que les Cubains appellent le “Casino”, qui tire son nom des lieux où il a vu le jour. Avant que vous ne posiez la question, il ne s’agit pas de ce que vous pensez, les gens ne se déplaçaient pas devant des machines à sous et des tables de blackjack. les “Casinos deportivos” étaient des salles de bal réservées aux membres, où les Cubains les plus aisés se retrouvaient pour danser au son d’orchestres en direct. Aujourd’hui, la salsa cubaine peut être dansée en solo ou avec un partenaire, y compris dans le cadre d’un cercle (ou Rueda) où les partenaires se passent la main. Les origines de la salsa cubaine, cependant, sont celles d’une danse en couple au son du “Son Cubano”.

La salsa cubaine est très influencée par une danse plus ancienne, qui provient également de la culture d’un groupe historiquement opprimé, les Afro-Cubains. Connu sous le nom de Rumba, ce style est beaucoup moins formel que la danse de salon du même nom – c’est une danse de rue ! Ses origines remontent aux danses folkloriques des esclaves affranchis, avec des touches de culture antillaise et de flamenco espagnol, ce qui témoigne une fois de plus de l’essence multiculturelle de l’île. On le trouve encore dans les rues de villes comme La Havane et Matanzas. Écoutez le son des instruments à percussion comme le quinto ou le tambour conga, les palitos (bâtons) de la tumbadora et les chœurs vocaux.

Si tout cela vous semble un peu compliqué ou intimidant, sachez qu’il existe de nombreuses écoles de salsa où vous pourrez vous perfectionner avant de sortir danser jusqu’au bout de la nuit : consultez notre section “choses à faire à Cuba”.

À Cuba, la danse n’est pas l’apanage des salles de bal. Ici, c’est la rue qui est votre salle de bal ! C’est le cas du Callejón de Hamel. C’est un endroit devant lequel vous pourriez facilement passer, mais ne le faites pas ! Tous les dimanches après-midi, de midi à 16 heures environ, le son des tambours de conga (tumbadora) résonne dans cette petite rue décorée de couleurs vives. Venez vous joindre à la danse ! Les rues de Habana Vieja et de Santiago de Cuba sont également animées par la musique. C’est notamment le cas lors du festival Old Havana : Ville en mouvement, ainsi que pendant les carnavals d’été de Santiago, qui ont lieu début juillet. Pour en savoir plus sur les endroits où vous pourrez mettre vos talents de danseur à l’épreuve, consultez la section “Vie nocturne à Cuba”.

Matanzas, ville essentiellement afro-cubaine qui a joué un rôle clé dans le développement de la Rumba, a également beaucoup à offrir, ce qui en fait plus qu’une simple étape sur le chemin de la plage ! Dirigez-vous vers le Callejón de las Tradiciones, où les influences ouest-africaines de la ville s’affichent dans toute leur splendeur multicolore. Elle est ornée d’œuvres d’art de rue et de sculptures inspirées des traditions culturelles yorubas. L’endroit n’est pas seulement agréable à regarder, il dispose d’espaces créatifs accueillant des organisations telles que “El Almacen”, un studio fondé par 15 diplômés d’écoles d’art qui enregistrent des artistes afro-cubains indépendants. Des événements musicaux sont également organisés les2e et4e week-ends de chaque mois.

Cuba est-il sûr ?

D’une manière générale, la réponse est “oui”. Le taux de criminalité est généralement assez bas par rapport à d’autres pays d’Amérique latine, surtout en ce qui concerne les crimes violents. Malheureusement, nous avons constaté que même à La Havane, les rues ne sont souvent pas très bien éclairées la nuit. Cependant, de nombreuses familles sont assises dehors le soir pour discuter, avec leurs enfants qui jouent dans la rue, ce qui peut vous mettre à l’aise. La petite délinquance représente un risque plus important à Cuba, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de la disparité de richesse entre les touristes aisés et les résidents plus pauvres.

Comme c’est le cas dans de nombreuses capitales, le risque de vol à la tire est important, en particulier dans les lieux touristiques très fréquentés. Essayez de ne pas porter de grosses sommes d’argent sur vous et pensez à utiliser une ceinture porte-billets, en particulier dans les transports publics et lors de vos sorties nocturnes. C’est aussi une bonne idée de laisser les bijoux coûteux à la maison, car Cuba est un pays décontracté et terre-à-terre.

Il peut être judicieux d’apporter un sac ou une valise que vous pouvez fermer en toute sécurité, ainsi qu’un cadenas, et de ranger vos affaires en toute sécurité avant de quitter la chambre – y compris votre passeport.

Outre les vols, les escroqueries sont assez nombreuses à Cuba et les touristes se font arnaquer. Toutefois, il existe quelques conseils simples qui peuvent vous aider à éviter cela. Par exemple, avec les chauffeurs de taxi, il est conseillé de négocier le prix à l’avance. Certaines personnes gagnent de l’argent en vendant des pièces de Che Guevara à 1 CUC l’unité, alors qu’elles ne valent que 3 CUP (de toute façon, vous en trouverez probablement dans votre petite monnaie).

Si vous décidez de conduire, il y a quelques points à prendre en compte. De nombreuses routes, en particulier dans les zones rurales, ne sont pas en très bon état. Il y a aussi le risque que d’autres conducteurs s’arrêtent soudainement pour prendre des auto-stoppeurs. Il est probablement préférable d’éviter de conduire la nuit, car les routes sont mal éclairées et il y a un risque que des véhicules sans feux soient allumés ou que des animaux se jettent sur la route.

Conseils aux voyageurs pour Cuba

Vaccinations pour Cuba

Outre les conditions requises pour l’obtention de la carte de tourisme, vous devrez vous faire vacciner pour Cuba. Bien qu’il n’y ait pas de fièvre jaune à Cuba, l’entrée dans le pays est subordonnée à la présentation d’un certificat de vaccination. Pour les vaccinations effectuées à partir du 11 juillet 2016, le certificat est valable à vie. Après avoir été vacciné, vous recevrez immédiatement le certificat. Toutefois, il ne sera valable qu’après 10 jours, car il faut ce temps pour qu’il soit efficace.

Si vous vivez au Royaume-Uni, vous devrez vous rendre dans un centre de vaccination contre la fièvre jaune agréé. Ne vous inquiétez pas, il n’est pas difficile d’en trouver un : le vaccin est généralement proposé par les cabinets médicaux, les cliniques et les pharmacies. Pour trouver le centre le plus proche de chez vous, suivez les liens suivants :

Pour l’Angleterre et le Pays de Galles/l’Irlande du Nord Centres de vaccination

Pour l’Écosse Centres de vaccination

En Irlande, les mêmes conseils s’appliquent et les “centres de vaccination désignés” sont faciles à trouver. Il s’agit généralement de cabinets de médecins généralistes ou de centres de santé pour les voyageurs. En Australie, vous trouverez des centres de vaccination pour chaque État/territoire.

Il existe des catégories spécifiques de personnes qui ne peuvent pas recevoir le vaccin, y compris les bébés de moins de neuf mois :

  1. Les femmes enceintes et allaitantes
  2. Les personnes âgées de plus de 60 ans
  3. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli, comme les personnes atteintes du VIH
  4. Les personnes allergiques à l’un des ingrédients du vaccin, y compris les personnes allergiques aux œufs
  5. Les personnes souffrant d’un trouble du thymus

Étant donné qu’il existe un risque de dengue et de chikungunya à Cuba, vous devez prendre des mesures pour éviter d’être piqué par des moustiques, notamment en vous assurant que votre logement est à l’épreuve des insectes et en utilisant un insectifuge. Il existe également un risque de transmission du virus Zika. Les symptômes de ce virus sont généralement bénins, mais il peut provoquer de graves malformations congénitales si une femme enceinte est infectée. Travel Health Pro [https://travelhealthpro.org.uk/country/60/cuba#Other_risks] conseille donc aux femmes enceintes d’éviter de se rendre dans la région avant d’avoir accouché.

De nombreux types de médicaments ne sont pas disponibles à Cuba. Il est donc conseillé d’emporter une quantité suffisante de médicaments sur ordonnance dont vous avez besoin. N’oubliez pas que le statut juridique des médicaments autorisés dans des pays tels que le Royaume-Uni, l’Irlande ou l’Australie peut être différent à Cuba ; pour éviter tout problème, suivez les conseils donnés sur cette page. Pour éviter tout problème, suivez les conseils de cette page. Apportez une ordonnance et une lettre de votre médecin expliquant votre état de santé, la nécessité du médicament et le dosage approprié, ce qui peut s’avérer utile en cas de questions. N’oubliez pas non plus que certains produits importés sont rares à Cuba et que, même s’ils sont disponibles, ils peuvent coûter très cher. Il s’agit notamment des produits d’hygiène féminine, de la crème solaire et du dentifrice.

Une taxe d’aéroport de 25 CUC peut être exigée à l’arrivée à Cuba, mais la plupart des compagnies aériennes l’incluent dans le prix du billet (mais il est préférable de vérifier). En ce qui concerne les douanes, les systèmes GPS doivent être importés et peuvent être confisqués. Il est possible d’emporter des téléphones mobiles, des tablettes et des ordinateurs portables, mais tout GPS intégré doit être désactivé avant le vol. La chose la plus importante à retenir est probablement que les vols en provenance ou via les États-Unis sont à proscrire. Vous ne pourrez pas voyager avec votre carte de voyage, et le but de votre voyage doit entrer dans l’une des 12 catégories, dont aucune ne couvre le tourisme.

N’oubliez pas qu’à Cuba, la police a le droit de vous demander vos papiers d’identité à tout moment. Elle peut également vous être demandée par des personnes telles que le personnel de l’établissement où vous séjournez. Il est donc conseillé de faire quelques photocopies de la page d’identification et de mettre votre passeport en lieu sûr.

Nous espérons que ce guide vous sera utile pour vos aventures à Cuba, prenez un mojito pour nous !

Continuez à lire ⬇️

🌟 Top things to do in Havana 🌟

🌟 Les meilleures auberges de jeunesse à La Havane 🌟

🌟 Backpacking Amérique du Sud🌟

A propos des auteurs :

Je suis Alice Maffucci. Après avoir vécu à New York, Lisbonne et en Colombie, j’ai assumé être la propriétaire d’un cœur vagabond avec une démangeaison permanente pour l’aventure. Vous pouvez suivre mes aventures et mes rêveries sur ce monde sur mon Instagram.

Je m’appelle David Irvine et je suis originaire d’Irlande du Nord. J’ai une passion pour les langues, les autres cultures et l’apprentissage de l’histoire locale. J’ai déjà vécu et travaillé en Allemagne et au Portugal, et je n’aime rien de plus que de faire découvrir aux gens mes endroits préférés, où que je sois. En plus d’être traductrice, je griffonne à l’occasion et je suis une passionnée de musique jazz. Pour en savoir plus sur mes travaux de traduction et d’écriture, consultez mon profil LinkedIn.

Get the App. QRGet the App.
Get the App. QR  Get the App.
Défilement vers le haut