Le guide ultime pour voyager avec son sac à dos au Costa Rica

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi le Costa Rica est le premier choix de tant de gens lorsqu’il s’agit d’explorer l’Amérique centrale pour la première fois, ou même lorsqu’il s’agit de leur premier voyage en sac à dos. Magnifique, accueillant, accessible et bon marché, il présente toutes les caractéristiques d’une destination de rêve pour les randonneurs. Le Costa Rica est particulièrement adapté aux voyageurs aventureux, avec d’innombrables possibilités de faire de la tyrolienne, du rafting, du kayak, du vélo, de la randonnée et du surf. Si un habitant vous dit que vous pouvez traverser la moitié du pays en tyrolienne, il ne plaisante qu’à moitié ! Mais le Costa Rica brille véritablement par sa nature et sa faune. Avec près de 25 % de son territoire classé parc national et son statut de nation la plus riche en biodiversité au monde, le Costa Rica est le paradis ultime des amoureux de la nature.

Aller directement à :

  1. Meilleure période pour visiter le Costa Rica
  2. Visa pour le Costa Rica
  3. Les meilleurs endroits à visiter au Costa Rica
  4. Les meilleures plages du Costa Rica
  5. Itinéraires au Costa Rica
  6. Auberges au Costa Rica
  7. Se déplacer au Costa Rica
  8. Cuisine costaricienne
  9. Culture et coutumes costariciennes
  10. Sécurité au Costa Rica
  11. Le Costa Rica est-il sûr pour les femmes voyageant seules ?
  12. Conseils aux voyageurs pour le Costa Rica
  13. Vaccinations pour le Costa Rica
  14. Budget pour un voyage sac à dos au Costa Rica

backpacking costa rica - playas del coco - view over land and sea

Playas del Coco

Meilleure période pour visiter le Costa Rica

On dit que la “meilleure” période pour visiter le Costa Rica s’étend de décembre à avril, mais le choix de la date dépend en fait de vos priorités. Si vous voulez un ensoleillement garanti, que vous n’avez pas peur de la foule et que votre hébergement est plus cher, il est préférable de visiter le pays pendant la saison sèche. Les mois de décembre et janvier sont magnifiques : la végétation est encore luxuriante et verte à cause de la pluie, et les rivières ont une houle parfaite pour le rafting. Si vous vous rendez à cette période de l’année, il est recommandé de réserver longtemps à l’avance pour bénéficier du meilleur choix d’hébergement, d’autant plus que certains endroits imposent des séjours minimums.

Si vous n’avez pas peur des jours de pluie et des routes boueuses, la saison intermédiaire est un bon compromis entre la haute et la basse saison ; vous y trouverez des logements plus abordables et aurez plus de chances d’avoir les plages et les sites touristiques pour vous.

Si vous ne supportez pas la chaleur et la foule ou si vous avez un budget serré, la saison des pluies peut être votre meilleure option. Sachez toutefois que les fortes pluies peuvent rendre certaines routes totalement impraticables et que certains hébergements fermeront complètement leurs portes pendant cette période, alors soyez prévoyant. Le plus important est d’être flexible dans vos activités, de sorte que si vous ne pouvez pas les faire un jour, vous puissiez les faire le lendemain. N’oubliez pas que les mois de septembre et d’octobre sont les plus pluvieux et qu’il peut être difficile d’y faire des activités.

Si vous avez décidé de visiter le Costa Rica pendant la saison des pluies, n’oubliez pas que cela ne signifie pas nécessairement qu’il pleuvra tous les jours de votre voyage ; il est plus probable que vous verrez des matinées ensoleillées, puis des averses fortes mais passagères dans l’après-midi. Un autre avantage est que c’est à ce moment-là que les forêts tropicales du Costa Rica sont les plus luxuriantes et les chutes d’eau les plus belles.

Ces mois sont également les plus secs du côté des Caraïbes. Si vous vous rendez au Costa Rica à cette époque de l’année, n’oubliez pas de visiter Puerto Viejo et Tortuguero. Les conditions de surf sont également meilleures pendant la saison des pluies.

Météo au Costa Rica

Il ne reste plus qu’une semaine avant votre voyage au Costa Rica et les prévisions météorologiques vous annoncent des pluies diluviennes tous les jours La première chose à faire est de ne pas paniquer. Les chaînes de montagnes escarpées du Costa Rica et sa position entre deux océans lui confèrent une myriade de microclimats, ce qui rend les prévisions météorologiques notoirement difficiles. Le fait d’être à seulement 10 degrés au nord de l’équateur signifie qu’il est probable que vous aurez un temps magnifique et chaud pendant au moins une partie de votre voyage. Si vous vous rendez au Costa Rica pendant la haute saison, vous aurez la garantie d’un soleil radieux tous les jours.

Le Costa Rica connaît deux saisons distinctes : la saison humide et la saison sèche. Celles-ci correspondent bien sûr à la basse et à la haute saison. La saison humide s’étend d’août à octobre, tandis que la saison sèche s’étend de décembre à avril. Les mois de mai, juin, juillet et novembre sont considérés comme les saisons intermédiaires.

Le temps à San José

La vallée centrale bénéficie de conditions météorologiques parmi les plus modérées et les plus agréables du pays. Elle est relativement sèche, le climat est doux et la brise côtière est régulière. La saison des pluies s’étend de mai à novembre, mais les fortes pluies se produisent généralement de septembre à octobre.

Le temps à Tamarindo et Liberia

Ces basses terres du nord-ouest sont chaudes et arides, et le temps y est l’un des plus secs du Costa Rica. Les plages ont une température assez douce et constante tout au long de l’année, oscillant entre 20 et 27 degrés Celsius. La saison sèche dure plus longtemps que dans la plupart des autres provinces, de novembre à juin environ.

La Fortuna, qui se trouve un peu à l’est de Guanacaste et plus près de la côte caraïbe, connaît des conditions climatiques similaires, mais légèrement plus fraîches et plus humides.

Climat sur la côte caraïbe (Puerto Viejo et Tortuguero)

Ces basses terres sont chaudes, humides et couvertes de forêts tropicales. Les températures restent stables tout au long de l’année, avec des maxima diurnes d’environ 30 degrés et des minima nocturnes d’environ 24 degrés. Sur la côte caraïbe, vous pouvez pratiquement compter sur la pluie tout au long de l’année, bien qu’elle soit souvent limitée au début de la matinée et de la soirée. Les mois les plus secs sont février, mars, septembre et octobre.

Letemps dans les hautes terres centrales (Monteverde, Turrialba, Tilarán)

Avec des chaînes de montagnes dont l’altitude varie entre 3 000 et 5 000 pieds, cette région se caractérise par des températures beaucoup plus fraîches que les autres provinces. Les hauts plateaux du centre sont également connus pour leurs forêts de nuages, la plus célèbre étant celle de Monteverde. L’altitude de Monteverde et sa position à un carrefour entre les Caraïbes et le Pacifique signifient que le climat est généralement humide, pluvieux et couvert d’une brume épaisse et brumeuse. Le temps est souvent imprévisible, la pluie et les tempêtes de vent pouvant parfois durer plusieurs jours consécutifs. En général, les meilleures conditions météorologiques sont observées de décembre à avril, puis en juillet et août.

backpacking costa rica - parrot flying near ocean

Image par Dan Hadfield

Visa pour le Costa Rica

Avez-vous besoin d’un visa pour le Costa Rica ?

Les ressortissants de la plupart des pays n’ont pas besoin de visa pour le Costa Rica pour une visite de 90 jours maximum. En cas de doute, vérifiez les conditions d’obtention d’un visa pour le Costa Rica dans votre pays.

Les ressortissants de tous les pays doivent être en possession d’un billet de retour pour quitter le Costa Rica (qui doit indiquer l’entrée et la sortie du pays). La plupart des visiteurs doivent être en possession d’un passeport valable au moins six ou neuf mois à l’arrivée. Si vous n’êtes pas sûr de la situation de votre pays, cliquez ici pour obtenir une liste complète. Tous les passeports doivent comporter une page vierge pour le tampon du visa.

Les meilleurs endroits à visiter au Costa Rica

1. Monteverde

Nommé d’après ses montagnes verdoyantes, Monteverde est constitué de 70 000 acres de jungle fraîche des hautes terres, enveloppée d’épais nuages pérennes. Outre sa beauté, la forêt est également réputée pour abriter plus de 2 500 espèces de plantes, 500 types de papillons, 100 espèces de mammifères et 400 espèces d’oiseaux, dont le rare quetzal aux couleurs exotiques. Si vous êtes très chanceux, vous pourrez même apercevoir le crapaud doré, dont on dit qu’il ne vit que dans cette région du monde. Pour ceux qui souhaitent mêler les sensations fortes aux paysages saisissants, les circuits dans la canopée de Monteverde – une combinaison de sentiers, de tyroliennes et de ponts suspendus – sont l’un des moyens les plus excitants d’admirer le paysage de la forêt.

Bien qu’il soit possible de trouver un hébergement économique dans le périmètre de la forêt de Monteverde, de nombreux routards choisissent de séjourner dans la ville de Santa Elena, plus animée et plus riche en équipements, située à 5 km de la forêt.

2. Parc national de Rincon de La Vieja

Le parc national de Rincon de la Vieja se trouve à un peu plus de 20 km de Liberia et entoure deux volcans : le Rincon, qui est toujours actif, et le Santa Maria, qui est en sommeil. Rincon possède à peu près tout ce qu’un amoureux de la nature peut désirer : forêt tropicale, cascades, bassins de boue, fumerolles volcaniques, sources chaudes, forêt nuageuse et une myriade d’animaux sauvages uniques, dont des pumas et des jaguars. La région est également réputée pour sa forte concentration de la fleur nationale du Costa Rica, l’orchidée pourpre.

backpacking costa rica - red flower

3. Corcovado

Le plus grand et le plus vierge, Corcovado est considéré comme le couronnement du vaste réseau de parcs nationaux du Costa Rica. Le National Geographic a qualifié les 103 000 acres de Corcovado de

l’endroit le plus biologiquement intense de la planète” Vous y trouverez des tapirs, des jaguars, des crocodiles, des fourmiliers et des paresseux parmi d’innombrables autres animaux. Ce n’est pas seulement la taille, mais aussi l’éloignement du paysage qui rend ce parc si attrayant – il est totalement préservé. Corcovado abrite une forêt vierge sans fin et des plages inhabitées.

4. Tortuguero

La beauté et le caractère unique du parc national de Tortuguero se reflètent dans le fait que, malgré son éloignement (il n’y a pas de route et on ne peut y accéder que par bateau ou par avion), il reste l’un des parcs nationaux les plus visités du pays. La meilleure façon de visiter le parc est de le parcourir en canoë, à travers le labyrinthe de canaux de la jungle. Planifiez votre visite à l’avance, car Tortuguero est réputé pour abriter l’un des meilleurs sites de nidification de tortues marines au monde – tortuga signifie tortue. Les tortues caouannes et les tortues luths nichent d’octobre à mars, et les tortues vertes et les tortues imbriquées peuvent être observées de juillet à octobre.

En raison de l’éloignement, il faut s’attendre à payer un peu plus cher pour l’hébergement qu’ailleurs dans le pays. Cela dit, les auberges de jeunesse ne manquent pas et si vous avez une tente, vous pouvez camper gratuitement n’importe où le long de la côte.

5. Manuel Antonio

Bien qu’il s’agisse de l’un des plus petits parcs nationaux du Costa Rica, Manuel Antonio couvre plusieurs habitats naturels et abrite un grand nombre d’espèces menacées, dont la plus célèbre est le singe écureuil rouge. Outre sa forêt tropicale luxuriante, Manuel Antonio est également célèbre pour ses plages de sable blanc et ses magnifiques récifs coralliens. Bénéficiant de belles plages à une courte distance de la capitale San José, c’est une ville populaire et animée avec une vie nocturne trépidante. Les routards à la recherche d’un hébergement bon marché peuvent essayer la ville voisine de Quepos. À seulement 15 minutes en bus, Quepos est un peu plus abordable en termes de restaurants, de vie nocturne et d’auberges.

6. Volcan Arenal

L’un des meilleurs moments de la visite d’Arenal est le trajet en voiture jusqu’au volcan, lorsque vous le regardez se transformer d’un point minuscule en une montagne énorme et imposante. Bien qu’il ne soit pas entré en éruption depuis 2010, le volcan Arenal est toujours considéré comme actif – en fait, il est encore possible d’apercevoir de la fumée du côté est. Outre sa forme parfaitement conique qui constitue une toile de fond spectaculaire pour les villes voisines de La Fortuna et d’El Castillo, l’Arenal présente une majesté surréaliste qui explique sa popularité ininterrompue. Au coucher du soleil, des nuages sombres l’entourent, lui donnant une lueur bordeaux féroce, et les grondements souterrains occasionnels donnent l’impression que la terre en dessous respire.

Les activités les plus populaires dans la région d’Arenal sont le trekking (le sentier le plus populaire étant celui qui mène à la cascade de La Fortuna) et la visite des sources d’eau chaude naturelles.

Bien qu’il existe de nombreuses sources d’eau chaude, Eco Termales est réputé pour offrir l’expérience la plus authentique, en plein air. Son emplacement au milieu des arbres et ses différents bassins en pierre (chacun ayant une température légèrement différente) sont incomparables. Soyez attentifs aux singes hurleurs ; ils sont nombreux dans cette région et vous ne pourrez pas manquer leur cri emblématique !

backpacking costa rica - arenal volcano - trees and volcano

7. San Jose

Bien que San José soit le plus souvent considérée comme une rampe de lancement vers d’autres destinations, c’est une ville amusante en soi. Les meilleurs endroits à visiter à San Jose sont le Mercado Central, le somptueux Théâtre national et le café du centre-ville. Des demeures coloniales restaurées sont disséminées dans les rues tranquilles et poussiéreuses du nord de la ville, en particulier dans le Barrio Amon, où l’on trouve également de nombreuses galeries, des cafés branchés et des œuvres d’art de rue colorées.

Les meilleures plages du Costa Rica

backpacking costa rica - sunset over beach

Image by Kristendawn

1. Péninsule de Nicoya

Suffisamment éloignées pour être préservées du tourisme et offrant certains des meilleurs spots de surf du pays, les plages de la péninsule de Nicoya sont les plus populaires auprès des routards. L’aéroport le plus proche se trouve dans la ville de Liberia, qui est un point de départ idéal pour les belles plages de Nicoya et le parc national de Rincon de la Vieja, ainsi que pour les routards qui poursuivent leur route vers le Nicaragua.

  • Mal Paíset Santa Teresa

À l’extrémité de la péninsule de Nicoya, vous trouverez ce duo isolé, qui propose quelques-uns des meilleurs spots de surf du Costa Rica. Pour ceux qui ne pratiquent pas le surf, les plages offrent des possibilités de baignade, de plongée avec tuba, d’équitation et de longues promenades sur plusieurs sentiers de randonnée dans la jungle tropicale environnante. Bien qu’elles soient encore relativement éloignées et difficiles d’accès, le développement du tourisme a permis d’améliorer les possibilités de déplacement et l’accès routier à ces deux villes.

  • Samara

Considérée comme le secret le mieux gardé du Costa Rica, la plage de sable blanc de Samara offre un paysage parfait, ainsi que des possibilités de kayak, d’observation des oiseaux, de souper, de plongée avec tuba, de plongée sous-marine et de pêche sportive. La baie en forme de fer à cheval dans laquelle elle est nichée signifie également que Samara est l’une des plages les plus sûres du Costa Rica, ce qui en fait une destination idéale pour un voyage tranquille et discret. Dépêchez-vous de la visiter, car chaque année, de plus en plus de touristes découvrent ce paradis pour les amoureux de l’eau.

  • Montezuma

Outre ses mangroves, sa forêt tropicale et son magnifique littoral, Montezuma est surtout connue pour son esprit libre et son ambiance artistique. Laissez-vous envahir par votre âme de bohème et assistez à un cours de yoga local ou à un festival discret de cinéma ou de poésie. Ne vous laissez pas tromper par cette ambiance décontractée, car Montezuma sait comment faire la fête une fois le soleil couché, avec une vie nocturne parmi les meilleures de toutes les plages de Nicoya.

Le village lui-même se trouve au milieu de hautes falaises et d’une jungle où se trouvent certaines des chutes d’eau les plus célèbres du pays : les chutes de Montezuma.

  • Conchal

Juste au nord de Tamarindo se trouve la pittoresque plage de Conchal, l’une des plus belles du pays. Du sable d’un blanc éclatant et des millions de petits coquillages parsèment le rivage bordé de palmiers, d’où le nom de conchal (concha se traduit par coquillage en espagnol). Les eaux turquoise et émeraude sont une rareté sur la côte pacifique et font de la plongée avec tuba un must. La plage est presque toujours calme et sereine, car les touristes se dirigent vers les plages voisines plus développées.

  • Tamarindo

Si toutes les villes balnéaires du Costa Rica peuvent être qualifiées de décontractées, Tamarindo n’est pas tout à fait la Mecque des hippies qu’est Montezuma – elle s’est forgé une réputation de fêtarde et est plus propice à la bière, aux hamburgers et au surf qu’aux smoothies, au chou vert et au yoga (bien que ce dernier soit disponible où que vous alliez en République dominicaine). La plage de Tamarindo, la plus accessible et sans doute le meilleur spot de surf (même pour les novices), est toujours aussi populaire. La plage est également célèbre pour faire partie du parc national marin Las Baulas de Guanacaste, une zone protégée qui sert de refuge à la population de tortues luth.

backpacking costa rica - tamarindo beach sunset

Tamarindo

2. Pacifique Sud

  • Dominical

Autre paradis populaire et décontracté pour les surfeurs, la plage de Dominical est bordée d’un côté par des paysages verdoyants et de l’autre par l’océan d’un bleu profond. Les vagues peuvent atteindre jusqu’à 3 mètres de haut, ce qui est suffisant pour satisfaire les amateurs de sensations fortes les plus endurcis. Bien que le sable sombre et rocailleux ne soit pas ce que l’on appelle typiquement “#beachgoals”, les couchers de soleil ne déçoivent pas. La popularité de Dominical auprès des surfeurs et des routards lui a permis de conserver une ambiance côtière authentiquement décontractée.

  • Jaco

Si Dominical est détendue, on peut dire que Jaco est à l’opposé. C’est toujours une ville de surfeurs insouciante, mais l’accent est mis sur la fête plutôt que sur la sieste dans un hamac. Vivante, animée et dotée d’excellents restaurants et d’une vie nocturne, Jaco est l’endroit idéal pour se détendre sur le chemin de San Jose et du parc national Manuel Antonio, situés à proximité.

3. Côte sud des Caraïbes (province de Limon)

Sur la côte caraïbe du Costa Rica se trouvent les plages tropicales de la province de Limon, réputées dans le monde entier pour leurs qualités de surfeur.

  • Puerto Viejo de Talamanca

Autrefois réservée aux surfeurs intrépides, Puerto Viejo devient de plus en plus populaire auprès des routards attirés par le charme décontracté et facile de son style de vie de surfeur et de sa scène locale authentique, sans parler de ses plages de sable volcanique uniques et de sa proximité avec les parcs nationaux. Malgré sa popularité croissante, Puerto Viejo est encore peu fréquentée (en particulier pendant la saison des pluies, où l’on trouve les meilleurs spots de surf) et conserve une ambiance très décontractée et tranquille. Explorez les ruelles tranquilles et les maisons caribéennes colorées qui les bordent. Contrairement à d’autres plages populaires du Costa Rica, il est facile d’y trouver de la nourriture, des logements et une vie nocturne bon marché.

  • Punta Uva/Playa Evita

La plage tranquille de Punta Uva offre du sable doré, des récifs coralliens et des eaux cristallines, le tout entouré de la jungle dense du Gandoca-Manzanillo Wildlife Refuge, où l’on trouve des singes, des paresseux, des perroquets et le grand ara vert. Le récif corallien situé juste au large fait de Punta Uva une plage fantastique pour la plongée avec masque et tuba.

  • Manzanillo

Également situé dans le Gandoca-Manzanillo Wildlife and Marine Refuge, le petit village de pêcheurs de Manzanillo est très tranquille. Tout comme Punta Uva, la principale attraction de cette petite ville est son sable doré bordé de palmiers et ses eaux chaudes et fabuleusement turquoises des Caraïbes, exceptionnelles pour la plongée avec masque et tuba.

Vous pouvez également faire de la plongée, explorer en kayak ou même faire un “dolphin tour” de la côte pour apercevoir les trois espèces de dauphins qui ont élu domicile ici. Située à l’extrémité de la route côtière de Puerto Viejo, Manzanillo permet d’emprunter l’un des nombreux chemins de terre qui mènent directement dans la jungle tropicale, ce qui donne l’impression d’être la dernière étape d’un voyage dans un lieu paradisiaque.

La plupart des plus belles plages du Costa Rica se trouvent, sans surprise, dans ses parcs nationaux. Non seulement elles sont totalement préservées, mais elles offrent également la garantie d’apercevoir la célèbre faune costaricienne. À quelques pas de l’entrée du parc national de Manuel Antonio, vous trouverez une plage d’une blancheur stupéfiante, bordée de palmiers, où des centaines de singes capucins ont élu domicile.

Le principal attrait des plages isolées de Tortuguero est la saison de ponte des tortues. De juillet à octobre et de février à avril, les tortues vertes, les tortues luths, les tortues imbriquées et bien d’autres encore viennent nicher sur les plages du parc.

backpacking costa rica - two capuchin monkeys in tree

Itinéraires au Costa Rica

Itinéraires de deux semaines au Costa Rica

Le généraliste :

Jour 1 – San José

Jour 2-4 – La Fortuna/Arenal

Jour 5-8 – Parc national Manuel Antonio

Jour 9-10 – Dominical

Jour 10-11 Playa Uvita

Jour 11-13 Parc national de Corcovado

Les amoureux de la nature :

Jour 1 – San José

Jour 2 – 5 Parc national de Tortuguero

Jour 5 – 8 La Fortuna/Arenal

Jour 8- 11 Forêt nuageuse de Monteverde

Jour 11- 13 Parc national de Manuel Antonio

backpacking costa rica - Manuel Antonio National Park - view overlooking sea

Parc national de Manuel Antonio

Le fumeur de plage :

Jour 1 – San José

Jour 2-5 – Parc national de Manuel Antonio

Jour 5 – 7 Jaco

Jour 8 – Liberia

Jour 9 – 11 Tamarindo

Jour 11-13 Samara

Itinéraires de 3 semaines au Costa Rica

Le généraliste :

Jour 1 – San José

Jour 2-5 La Fortuna/Arenal

Jour 5-8 Forêt nuageuse de Monteverde

Jour 8-11 Jaco

Jour 11-14 Parc national de Tortuguero

Jour 14-17 Puerto Viejo de Talamanca (y compris les plages de Punta Cocles, Punta Uva et Manzanillo)

manzanillo)

Jour 17-20 Parc national de Manuel Antonio

Les amoureux de la nature :

Jour 1 – San Jose

Jour 2-5 La Fortuna/Arenal

Jour 5-8 Forêt nuageuse de Monteverde

Jour 9 Liberia

Jour 10 – 13 Parc national de Rincon de la Vieja

Jour 13-16 Parc national de Tortuguero

Jour 16-18 Parc national Manuel Antonio

Jour 18-20 Corcovado

backpacking costa rica - La Fortuna waterfall

Chute d’eau de La Fortuna

Le fumeur de plage :

Jour 1 San Jose

Jour 2-4 Parc national Manuel Antonio

Jour 4-7 Jaco

Jour 8 Liberia

Jour 9-11 Tamarindo

Jour 11- 13 Samara

Jour 13-16 Santa Teresa/Malpais

Jour 16-20 Puerto Viejo de Salamanca (y compris les plages de Punta Cocles, Punta Uva et Manzanillo)

manzanillo)

Auberges au Costa Rica

Auberges à Monteverde

La plupart des hébergements abordables que l’on peut trouver à Monteverde se trouvent dans la ville voisine de Santa Elena. Hammock House est une maison familiale typique du Costa Rica, bien située, qui propose des dortoirs très abordables, à partir de 6 £, ainsi que des chambres privées. Le petit-déjeuner est inclus et le sympathique propriétaire se fera un plaisir de répondre à vos questions. Un peu plus cher mais en plein centre-ville, le Monteverde Backpackers dispose d’un espace commun décontracté et d’une ambiance sociale, à seulement une minute de marche du centre-ville. Le petit-déjeuner est gratuit. Les lits commencent à 9 £.

Si vous avez un budget un peu plus élevé, l’auberge Camino Verde Hostel dispose de chambres privées confortables et offre une vue imprenable sur la campagne environnante depuis son balcon. Elle se trouve à quelques minutes de marche de la ville et propose un excellent petit déjeuner gratuit.

backpacking costa rica - Camino Verde Hostel - rooftop view

Auberge Camino Verde

Auberges dans le parc national de Corcovado

Accessible uniquement par bateau, Corcovado n’est pas l’endroit le plus facile pour trouver un hébergement abordable, mais Martina’s Place, dans la magnifique baie de Drake, propose des chambres propres et abordables à 200 mètres de la plage. Il est également proche des commodités et dispose d’une connexion Wi-Fi et de café gratuits. Les chambres sont proposées à partir de 10 £.

Auberges dans le parc national de Tortuguero

L’Aracari Garden Hostel propose de magnifiques jardins remplis de hamacs, des espaces communs accueillants et des chambres propres, avec des dortoirs à partir de £10 et seulement £23 pour une chambre privée.

Auberges à Manuel Antonio

Les vues depuis les auberges ne sont pas plus belles qu’à Vista Serena. Perché sur une montagne, Vista Serena offre une vue sur la jungle luxuriante et sur le Pacifique. Des hamacs sont disséminés un peu partout et les services gratuits comprennent le Wi-Fi, le café et les toasts. Les lits sont proposés à partir de £9 environ.

Auberges de jeunesse à San José

L’auberge Costa Rica Backpackers, toujours très populaire, propose des hébergements sympas à des prix très raisonnables. Les dortoirs sont proposés à partir de 6,50 £, ce qui inclut le thé et le café gratuits, le Wi-Fi et une consigne à bagages. Les chambres s’ouvrent sur un grand jardin rempli de hamacs et une piscine commune où l’on entend toujours de la musique. Il y a deux bars sur place ainsi qu’un restaurant à des prix raisonnables.

Il n’y a rien de plus chic que le Capital Hostel La Ciudad. Élégants et modernes, les dortoirs sont de type “pod” et les espaces communs sont luxueux. L’auberge est d’une propreté irréprochable, le petit déjeuner copieux est offert et l’ambiance est paisible et décontractée. Pouvez-vous croire que vous pouvez obtenir tout cela pour seulement 12 £ par nuit ?

L’Hostel Casa del Parque est une ancienne maison de style manoir avec un grand jardin magnifique. C’est une bonne option pour les petits budgets avec des dortoirs à partir de 8 £. L’emplacement est l’un des plus grands attraits de l’auberge, en plein centre de San Jose et à proximité de toutes les commodités. Les gratuités comprennent le Wi-Fi, le thé et le café.

backpacking costa rica - Hostel Casa del Parque

Hostel Casa del Parque

Auberges à Arenal, La Fortuna

Vous savez que vous avez fait une bonne affaire lorsque l’auberge est non seulement la plus abordable, mais qu’elle bénéficie également d’excellentes critiques. Petite mais en plein centre ville, l’auberge branchée Arenal Container Hostel propose des dortoirs propres aménagés dans d’anciens conteneurs d’expédition. Des peintures murales amusantes décorent les espaces communs en plein air, bordés de hamacs. Le personnel est incroyablement amical et compétent. Il vous aidera à organiser des visites et répondra à toutes vos questions. Les dortoirs commencent à partir de 8 £.

Auberges à Nicoya Peninsula

Si vous vous rendez à peu près n’importe où dans la péninsule de Nicoya (ou si vous êtes en route vers ou depuis le Nicaragua), vous passerez forcément au moins une nuit à Liberia, point de départ vers les meilleures destinations de la région, notamment le parc national de Rincon de La Vieja.

L’auberge Hospedaje Dodero est extrêmement populaire : elle est bon marché et répond à tous les critères. Les chambres sont d’une propreté irréprochable et le service est amical, mais le principal attrait de l’auberge est son emplacement, à seulement 100 mètres du marché principal de Liberia, où vous trouverez une multitude d’options de restauration. Il dispose d’une cuisine commune et d’une connexion Wi-Fi gratuite. Les chambres privées commencent à partir de 13 £ – réservez à l’avance si vous voulez une chambre avec air conditionné !

Congos Hostal Liberia propose des chambres lambrissées à partir de 7 GBP, dont certaines sont dotées d’un patio. Il propose également des installations de barbecue, un grand jardin avec des hamacs, un salon commun, une connexion Wi-Fi gratuite, des boissons chaudes et une cuisine commune.

Auberges à Mal Pais et Santa Teresa

L’Hostel Dos Monos South propose des chambres propres et climatisées. Il est situé à l’intersection des plages de Mal Pais et de Santa Teresa, à quelques mètres de bars, de restaurants et d’épiceries. L’atmosphère est sociale et le petit déjeuner et la connexion Wi-Fi sont gratuits, sans oublier que l’auberge propose également des cours de surf ! Les dortoirs commencent à £6 la nuit.

Auberges à Samara

Colourful Matilori propose des dortoirs confortables et joyeusement décorés à partir de 8 GBP. L’emplacement est excellent – à proximité de la plage et des restaurants – et l’atmosphère est très sociale, avec deux cuisines communes ouvertes et un grand espace commun avec des tables et des hamacs. Le personnel est formidable et toujours prêt à vous aider.

Auberges à Montezuma

L’emplacement des auberges ne peut pas être mieux choisi. Proyecto Montezuma est une école de TEFL, de surf et d’espagnol qui propose également un hébergement avec des vues incroyables depuis ses chambres, son jardin et sa propre plage. Les prix sont également très raisonnables, surtout pour Montezuma qui est l’un des endroits les plus chers du Costa Rica. L’auberge se trouve à dix minutes de marche de la ville et à deux minutes des célèbres chutes d’eau de Montezuma. Elle dispose d’une cuisine commune, d’un barbecue et d’une connexion Wi-Fi gratuite. Les dortoirs sont proposés à partir de 9 GBP.

Auberges à Tamarindo

Moderne, situé au centre et doté de la climatisation dans toutes les chambres (ce qui est très important à Tamarindo), le Blue Trailz Hostel and Surfcamp est particulièrement populaire auprès des surfeurs. Les clients bénéficient de réductions sur les planches, les leçons, les excursions et les vélos dans la boutique située devant l’établissement. L’auberge dispose d’un espace commun confortable, d’une cuisine et d’une connexion Wi-Fi gratuite. Les dortoirs sont proposés à partir de 8 GBP.

Auberges à Puerto Viejo

L’auberge Roots Family est calme, confortable et située en plein cœur de la ville. Décorée avec amour et entièrement fabriquée en bambou, c’est une jolie auberge. Le personnel est amical et serviable et l’ambiance est très sociale mais décontractée. L’auberge se trouve à 100 mètres de la plage et à cinq minutes des restaurants et des bars de la ville. L’auberge se trouve également à 300 mètres de l’arrêt de bus, qui vous permettra de rejoindre les belles plages voisines tout au long de la côte. Les dortoirs sont proposés à partir de 9 £.

Auberges à Jaco

Room2board est populaire pour une bonne raison : elle offre tout ce que nous aimons dans une auberge de jeunesse. Propre, moderne, spacieuse, amusante – et pour couronner le tout, elle dispose d’une immense piscine extérieure et d’un espace social. Room2board dispose également d’un écran de cinéma au bord de la piscine, de cours de yoga gratuits et, peut-être le meilleur de tous, d’un toit avec hamacs donnant sur le coucher du soleil. Lorsque la fête est dans votre jardin, il peut être difficile de quitter l’auberge ! Les dortoirs commencent à £12.50.

backpacking costa rica - Room2board hostel with pool

Auberges à Dominical

L’auberge Cool Vibes Beach Hostel se trouve non seulement sur la magnifique côte de Dominical, mais aussi à une minute à pied de l’arrêt de bus et des commerces voisins, dont l’un des cafés les plus populaires de la ville. L’auberge dispose en outre d’une petite piscine, de hamacs et d’une grande cuisine.

Se déplacer au Costa Rica

Les trois moyens les plus populaires pour se déplacer au Costa Rica sont le bus, la navette (partagée ou privée) et la location de voiture. Le choix se résume à savoir si vous voulez gagner du temps ou de l’argent !

Transport public par bus au Costa Rica

Avantages

  • Il est bon marché

Le moyen le moins cher de se déplacer au Costa Rica est de loin le bus local, soit directivo (direct), soit colectivo (avec arrêts multiples). Les trajets courts de trois heures ou moins coûtent environ 2 000 CRC (3 £), tandis que les trajets plus longs peuvent coûter jusqu’à 6 000 CRC (8 £). Les trajets en bus locaux, par exemple à l’intérieur de San Juan, coûtent environ 200 colón (25 pence).

  • C’est un moyen efficace et abordable de voyager d’une destination à l’autre

Depuis San José, vous pouvez prendre le bus public pour vous rendre dans presque toutes les destinations touristiques populaires. Vous pouvez consulter les itinéraires spécifiques ici.

  • Vous pourrez rencontrer des habitants et partager des histoires avec d’autres routards

Les bus publics sont un excellent moyen de découvrir la vie locale et d’échanger des conseils et des histoires avec d’autres voyageurs qui se rendent également à votre destination.

  • Vous pouvez vous asseoir et vous détendre

Pas besoin de naviguer sur des routes difficiles pour vous, mon ami !

Inconvénients

  • Ils peuvent être lents

Bien que les bus publics partent souvent en retard, les trajets directivo (qui vont directement d’une grande ville à l’autre) ne prennent pas nécessairement plus de temps qu’une navette ou qu’une voiture de location. En revanche, si vous partez d’une petite ville où seuls les colectivos sont disponibles, les différents arrêts de transfert dans différentes villes peuvent allonger considérablement votre temps de trajet.

Par exemple, le trajet de La Fortuna à Manuel Antonio, qui nécessite 4 bus, dure 9 heures au lieu de 4 !

  • Il peut être difficile de s’y retrouver

Bien qu’il s’agisse du plus grand centre de transport du pays, San José n’a pas de gare routière principale. Les guichets sont disséminés dans la ville – certaines grandes compagnies de bus ont de grands terminaux qui vendent des billets à l’avance, tandis que d’autres n’ont guère plus qu’un arrêt. Consultez la brochure de l’office du tourisme pour savoir d’où part votre bus. Vous y trouverez également les numéros de téléphone à appeler pour obtenir plus d’informations sur votre itinéraire.

Les horaires changent souvent, c’est pourquoi il est conseillé de confirmer les horaires au moment de l’achat. Les bus partent souvent en retard ou en avance. Il est donc recommandé de se rendre à l’arrêt environ une heure avant le départ du bus.

Souvent, aucun horaire n’est affiché aux arrêts. Là encore, consultez la brochure pour connaître l’adresse du terminal et le nom de la compagnie, qui seront inscrits à l’avant du bus, ainsi que le nom de la destination. Beaucoup de chauffeurs ne parlent pas anglais, il est donc conseillé d’apprendre quelques phrases de base en espagnol pour faciliter la navigation. Vous pouvez également demander à vos compagnons d’infortune à l’auberge ou à l’hôtel de vous indiquer les itinéraires et de vous donner des conseils de voyage.

  • Il peut y avoir beaucoup de monde

Bien que le Costa Rica soit un pays généralement sûr, il est conseillé de surveiller les bagages dans les porte-bagages, en particulier lorsque le bus est bondé. Pour les lignes les plus fréquentées, il est conseillé d’acheter son billet au moins un jour à l’avance.

Navettes privées/partagées

Les navettes sont assurées par Gray Line, Monkey Ride, Tropical Tours, Easy Ride et Interbus. Vous pouvez soit faire des réservations en ligne sur leurs sites web, soit les réserver auprès de votre auberge de jeunesse. Je recommande personnellement le très fiable Interbus .

Avantages

  • C’est plus rapide et plus pratique que le bus

Il n’est pas nécessaire d’attendre que les gens montent et descendent ou de faire des transferts. Les navettes ont également tendance à être plus ponctuelles que les bus locaux.

Les navettes assurent également une livraison porte à porte, c’est-à-dire qu’elles vous prennent à votre hébergement et vous déposent à votre hébergement de destination. Contrairement à la location de voiture, vous pouvez vous asseoir, vous détendre et profiter du paysage ou discuter avec les autres passagers.

  • Elles sont confortables et propres

Les navettes sont généralement équipées de l’air conditionné, de sièges plus grands et plus confortables que les bus publics et sont d’une propreté irréprochable. Elles transportent normalement moins de vingt personnes.

Inconvénients

  • Elles coûtent beaucoup plus cher que les transports publics.

Une navette partagée peut coûter entre 15 et 65 £. N’oubliez pas cependant qu’avec une navette, vous évitez le coût potentiel d’un taxi à l’aller et au retour de l’arrêt de bus.

  • Moins de flexibilité que la location de voiture

Comme les navettes sont soumises à des horaires fixes et doivent tenir compte des autres passagers, la flexibilité est limitée. Les horaires fixes signifient également qu’elles ne peuvent pas vous attendre en cas de retard. Ils vous aideront à prendre des dispositions pour la prochaine navette, mais il n’est jamais garanti qu’elle aura lieu le même jour.

Quelle est la différence entre une navette publique et une navette privée ?

Dans le cas d’une navette privée, il n’y a pas d’horaire, donc tout se passe à votre convenance. La navette peut venir vous chercher directement à l’aéroport ou à votre hôtel et vous pouvez faire des arrêts en cours de route jusqu’à votre destination. Les navettes partagées ne viendront pas vous chercher si vous séjournez dans un endroit très éloigné, contrairement aux navettes privées.

Les navettes privées sont évidemment plus chères que les navettes partagées, mais le prix n’est pas calculé par personne, ce qui fait que pour un groupe plus important, cela peut revenir moins cher. Une navette partagée entre Arenal et Tamarindo coûte environ 40 £ par personne et une navette privée environ 200 £. À ce prix, il est en fait plus avantageux d’opter pour la navette privée si vous êtes plus de quatre personnes. Cela vaut pour les groupes jusqu’à 8 personnes, car les véhicules plus grands sont plus chers.

Location de voiture

Avantages

  • Flexible et pratique

Le principal avantage de la location d’un véhicule privé au Costa Rica est la flexibilité qu’elle offre. Vous pouvez en prendre un à l’aéroport et faire tout ce que vous voulez à votre convenance. Vous voyez un bel endroit ? Arrêtez-vous et prenez une photo. Vous avez faim ? Arrêtez-vous dans une SODA locale pour déjeuner.

Le fait d’avoir votre propre voiture de location vous permettra de voir des régions du Costa Rica que vous n’auriez pas pu voir autrement. Beaucoup de zones moins touristiques ne sont pas desservies par les transports publics ou nécessitent un SUV, donc avoir votre propre voiture vous permettra d’explorer hors des sentiers battus ! .

  • Les voyages en voiture sont toujours amusants

Qu’il s’agisse du sentiment de liberté qu’ils procurent, des discussions impromptues sur le sens de la vie ou simplement de l’attrait mystérieux de la route, il y a quelque chose de très amusant dans les voyages en voiture. Mettez votre musique préférée à fond et regardez le paysage défiler.

Contre

  • L’état des routes

L’état des routes est très variable. Si l’Interamericana (la principale autoroute du Costa Rica) est relativement lisse, de nombreuses routes secondaires sont à peine praticables ou, au mieux, étroites, pleines de nids-de-poule et venteuses. L’absence d’éclairage public fait que de nombreuses personnes ne se sentent pas à l’aise pour conduire la nuit.

En dehors des principaux sites touristiques, les zones plus rurales manquent de signalisation, ce qui peut être intimidant – pensez à vous équiper d’un système GPS ou de l’application Waze.

  • Moins sociable

L’un des avantages des transports publics ou des navettes partagées est qu’ils vous permettent de discuter avec d’autres voyageurs et d’obtenir des conseils et des recommandations utiles sur votre destination, voire de vous faire de nouveaux amis.

  • Risque de vol

Les vols dans les véhicules sont fréquents dans certaines régions. Vous ne devez donc jamais laisser d’objets de valeur dans votre voiture sans surveillance. S’il arrive quelque chose et que la voiture est endommagée, vous serez tenu pour responsable.

La nourriture costaricienne

S’il est une chose pour laquelle le Costa Rica est célèbre, c’est bien pour la richesse et la verdure de ses paysages préservés. Et vous savez ce que cela signifie : des produits naturels délicieusement frais. La cuisine costaricienne repose en grande partie sur l’utilisation de fruits et de légumes et est préparée à partir d’ingrédients frais. C’est ce qui rend les plats costariciens, même les plus simples, si savoureux ! Le coût de la nourriture au Costa Rica étant peu élevé, vous n’avez aucune excuse pour ne pas goûter un peu de tout.

Plats traditionnels costariciens

Le meilleur endroit pour goûter aux plats typiques du Costa Rica est une SODA locale, une petite entreprise familiale qui sert des plats simples mais savoureux. La nourriture sera plus authentique que celle que vous trouverez dans les restaurants plus touristiques, sans compter qu’elle sera bien moins chère. Recherchez les SODA où il y a beaucoup de locaux qui mangent, ou demandez à votre auberge de jeunesse de vous recommander un restaurant.

  • Gallo Pinto

Le gallo pinto est un plat typique du petit-déjeuner costaricien, composé de coriandre, de riz et de haricots. Cette base est ensuite mélangée à un choix d’autres ingrédients pour lui donner un peu de piquant ; les options typiques sont les poivrons rouges, les oignons et surtout la Salsa Lizano – une sauce nationale fumée et légèrement épicée. Le résultat final donne au gallo pinto un aspect moucheté, d’où le nom du plat : gallo pinto se traduit par “coq tacheté”. Au petit-déjeuner, le gallo pinto est généralement accompagné d’œufs ou de viande.

  • Casado

Le casado est davantage un repas varié qu’un plat unique. Il comprend généralement du riz blanc et des haricots noirs comme éléments de base, accompagnés d’une protéine (généralement du poisson, du poulet ou du bœuf) et d’un plat d’accompagnement. Les accompagnements varient entre la salade de chou, les bananes plantains frites, le picadillo, la pomme de terre ou la salade de pâtes. La localisation dans le pays déterminera la viande que vous recevrez ou celle que vous pourrez choisir. Le casado est généralement accompagné d’un jus de fruit frais.

Le casado est surtout servi au déjeuner et est un classique costaricien, que l’on trouve dans presque tous les restaurants ou SODA du pays.

  • Olla de carne

L’Olla de carne est un plat de soupe typique du Costa Rica. Ragoût de bœuf simple mais riche et copieux, l’olla est l’un des plats de base préférés des week-ends. Elle incorpore un certain nombre de légumes costariciens, notamment le manioc, l’igname, les carottes, le maïs, les bananes plantains, la pomme de terre et la racine de taro. Elle est souvent accompagnée de riz et de haricots.

  • Patacones

Normalement servis en entrée ou en en-cas, les patacones sont des bananes plantains écrasées et frites deux fois, qui sont assurément l’une des choses les plus délicieuses que vous mangerez au Costa Rica. Juste ce qu’il faut de croquant et de moelleux, de sucré et de salé, les patacones sont généralement accompagnés de guacamole, de pico de gallo ou de purée de haricots noirs.

  • Ceviche de Tico

Bien que le ceviche soit originaire du Pérou, c’est un plat qui figure sur de nombreux menus typiques du Costa Rica, en particulier sur la côte.

Des morceaux de poisson, généralement du bar, sont coupés en petits morceaux et mélangés à des agrumes, des oignons rouges émincés, du poivron rouge et de la coriandre. L’acide contenu dans le jus “cuit” le poisson, lui donnant un goût rafraîchissant et piquant. Il est souvent accompagné de plantain ou de biscuits salés.

Vous pouvez également trouver une version végétalienne – ceviche de banana verde – à base de banane verte, de laitue, d’oignon, de céleri, de poivron et de jus de citron vert.

  • Chifrijo

Le chifrijo est un plat très populaire composé de chicharrones (couennes de porc frites deux fois) et de frijoles (haricots). Servi le plus souvent en entrée ou en en-cas, le chifrijo se compose de riz, de haricots noirs, de chicarrones et de pico de gallo – un mélange de salsa de tomate, d’oignon, de coriandre et de citron. On peut y ajouter de l’avocat et du jalapeno. Il est généralement accompagné d’une tortilla fraîche.

Le chifrijo est une invention assez récente. Si vous voulez le goûter mais qu’il ne figure pas sur la carte, demandez au serveur s’il propose des chicharrones aux haricots. Le chef qui prétend l’avoir inventé a intenté des procès aux restaurants qui servent ce plat, ce qui a conduit certains à le rebaptiser chifrijol, chichifrijo, et el innombrable (“le sans nom”) !

  • Rondon

Le rondon est une soupe de poisson originaire de la côte caraïbe du Costa Rica. À base de lait de coco, le rondon combine un mélange délicieusement poissonneux de poisson frais, de crabe, de maïs, de yucca, de plantain, d’igname, de légumes et d’épices caribéennes telles que le piment panaméen. La combinaison des ingrédients peut varier considérablement – la seule chose qui soit constante dans le rondon, c’est qu’il est toujours délicieux.

Contrairement au reste du Costa Rica, où la nourriture est généralement douce, celle de la côte caraïbe a tendance à être plus épicée et parfumée. Les ingrédients les plus courants sont le piment de la Jamaïque, la cannelle, le curry, le piment, le gingembre et, bien sûr, la noix de coco.

  • Riz et haricots des Caraïbes

Contrairement au riz et aux haricots du reste du Costa Rica, sur la côte caraïbe, les ingrédients sont cuits lentement dans du lait de coco frais et préparés avec des haricots rouges ou noirs. Les autres ingrédients sont les piments panaméens, le thym, l’ail, le curry, l’oignon rouge, le poivron rouge, le sucre, la sauce soja et l’huile de noix de coco. Il est généralement accompagné de patacones et de viande ou de poisson mijotés – et toujours d’une sauce piquante.

  • Tres leches

Si le gâteau tres leches n’est pas exclusivement costaricien, c’est probablement le dessert le plus populaire du pays. Il s’agit d’une génoise trempée dans trois types de lait différents – entier, évaporé et condensé – et dont le glaçage est une crème fouettée à la vanille. Le glaçage est une crème fouettée à la vanille, souvent agrémentée de fruits.

backpacking costa rica - costa rican dish

Culture et coutumes costariciennes

Le peuple costaricien

Bien que la majorité des Costaricains soient d’origine européenne, il existe encore plusieurs groupes d’indigènes qui représentent environ 2,5 % de la population. Il s’agit notamment des Bribri à Puerto Viejo, des Cabecar à Salamanca et des Chorotegas dans la péninsule de Nicola, ainsi que de nombreux autres groupes plus petits.

Parmi les cultures non indigènes du Costa Rica, on peut citer celle du peuple Guanacaste, dans le nord-ouest du pays. Originaire du Nicaragua, la culture Guanacaste se caractérise par un attachement au mode de vie des vaqueros (cow-boys), qui remonte à l’époque où les colons ont amené des gens pour travailler dans les ranchs de la région. Les topes (défilés de chevaux) et les corridas sont toujours très populaires.

Les citoyens afro-caribéens représentent environ 3 % de la population du Costa Rica, ce qui en fait la plus grande minorité immigrée du pays. Les pêcheurs d’origine afro-caribéenne ont commencé à vendre leurs produits sur la côte costaricienne vers les années 1850, et une forte communauté de locuteurs du créole et de l’anglais s’est développée depuis dans cette région. Aujourd’hui, la côte caraïbe est l’une des destinations touristiques les plus populaires du pays. Elle attire les gens par sa beauté tropicale, ses habitants chaleureux, sa cuisine délicieuse et ses célèbres musiques calypso et reggae.

Langue du Costa Rica

La langue officielle du Costa Rica est l’espagnol, mais il existe de nombreuses petites différences qui rendent l’espagnol costaricien unique. Les Costaricains s’appellent eux-mêmes “ticos” pour faire référence à leur façon d’utiliser le diminutif “ico” au lieu de l’espagnol classique “ito”, qui vient de “poquito”, qui signifie petit. Les ticos utilisent tellement ce suffixe qu’il ne signifie pas nécessairement que quelque chose est petit (gato devient gaticito pour chaton), mais peut être utilisé pour modifier le sens d’un mot de diverses manières – par exemple caliente (chaud) peut se transformer en calientico (chaud), et momento (moment) en momentico (une seconde rapide). Souvent, “ico” ou “ito” est utilisé simplement pour être mignon. Ainsi, vous pouvez appeler quelqu’un que vous aimez bien Juanicito au lieu de Juan.

Cette façon douce ou “mignonne” de parler se retrouve également dans d’autres aspects de la langue costaricienne. Si un tico demande quelque chose au restaurant, par exemple, il utilisera le mot plus doux “regalar” (qui signifie “m’offrir un cadeau”) plutôt que le mot beaucoup plus direct “dar” (qui signifie “donne-moi”).

L’espagnol du Costa Rica est également riche en mots d’argot que vous ne rencontrerez probablement pas en dehors du pays. En voici quelques-uns

  • Mae “mec” ou “type”.
  • Pura vida –se traduit littéralement par “vie pure”, mais a de nombreuses significations différentes.
  • Chepe – argot pour “San Juan
  • Zarpe dernière tournée de boissons
  • Brete – mot informel pour désigner le travail
  • Jumas être ivre
  • Guaro – alcool
  • J. (nos juimos)“Nous sommes partis !
  • Que camote“c’est dingue”
  • Tuanis “c” Vous l’entendrez plus souvent entre les surfeurs des régions côtières.
  • Tata – “père
  • Goma “père”
  • Presa circulation
  • Manda huevo – “allez !

Outre l’espagnol et le créole-anglais parlé le long de la côte caraïbe, il existe cinq langues indigènes locales vivantes parlées par les descendants des précolombiens. Il s’agit du cabecar, du bribri, de l’aleku, du guaymi et du buglere.

Pura vida

Loin d’être un simple stéréotype ou une rengaine, l’expression “pura vida” reflète bien la culture costaricienne. Lorsque le film mexicain du même nom est sorti en 1956, les Costaricains ont immédiatement adhéré à la philosophie optimiste du personnage principal du film et ont immédiatement adopté l’expression. Aujourd’hui, les “ticos” ne se contentent pas de la prononcer à tout bout de champ, ils vivent également selon ce concept.

Pura vida se traduit littéralement par “vie pure”. Bien qu’elle puisse être utilisée comme une salutation ou un adieu, Pura vida est plus que cela, elle décrit un sentiment ou une attitude plutôt que d’avoir une signification spécifique. Pura vida peut être utilisé dans presque tous les contextes – cela signifie vivre la vie avec une perspective positive et optimiste, ne pas se préoccuper des petites choses, être amical et poli, vivre le moment présent et, surtout, être reconnaissant de ce que l’on a.

Les Costaricains ont généralement une approche décontractée et paisible de la vie. Ils sont fiers de l’esprit de mañana (demain) – remettre les choses à un autre jour – et respectent l'”heure tico” par opposition à l'”heure gringo”, cette dernière étant utilisée pour les rares occasions où l’on doit réellement être ponctuel.

Les Costaricains sont également d’une politesse sans faille, à tel point qu’ils sont réputés pour ne pas savoir dire non et préfèrent tourner autour du pot plutôt que d’admettre qu’ils ne savent pas quelque chose ou qu’ils ne peuvent pas vous aider. Les bonnes manières sont prises au sérieux, et la chaleur et la générosité sont appréciées par-dessus tout.

Les Costaricains sont également modérés sur le plan politique. Les grèves et les manifestations sont fréquentes, mais les gens se comportent avec respect, et le jour des élections est traditionnellement placé sous le signe de la fête.

La paix nationale et internationale est depuis longtemps une priorité au Costa Rica. En 1948, le pays a supprimé son armée et réorienté les fonds vers la santé et l’éducation. Son université de la paix, créée en 1980, propose un master en études sur la paix et les conflits.

backpacking costa rica - Pura vida on stone

Le Costa Rica vert

Alimenté principalement par des ressources renouvelables (95 %), le Costa Rica est non seulement l’un des pays les plus heureux du monde, mais aussi l’un des plus verts. D’ici 2021, il prévoit d’être le premier pays à devenir totalement neutre en carbone et à interdire l’utilisation de tous les plastiques à usage unique.

Poussé par la destruction de ses forêts vierges au profit de l’exploitation forestière et de l’agriculture, le Costa Rica a commencé à convertir certaines parties de son territoire en parcs nationaux dans les années 1970. Aujourd’hui, plus de 25 % du pays est protégé. Il s’agit du plus grand pourcentage de territoire protégé de tous les pays du monde.

Le Costa Rica est également incroyablement innovant dans son engagement en faveur de l’écologie. À San José, les véhicules ne sont autorisés à circuler dans le centre-ville que certains jours, en fonction du numéro de la plaque d’immatriculation. Si vous habitez dans un certain quartier, par exemple, vous ne pouvez pas conduire votre voiture le mardi. Un projet de train de banlieue permettra également de réduire la pollution automobile. Pour situer les efforts du Costa Rica dans leur contexte, l’empreinte carbone d’un Costaricain moyen est quatre fois moins importante que celle d’un Américain moyen.

Gardez l’œil ouvert sur les auberges vertes – le Costa Rica regorge d’auberges qui respectent les pratiques durables.

Sécurité des voyages au Costa Rica

Bien que le Costa Rica soit l’un des pays les plus sûrs d’Amérique centrale pour les voyageurs, il est toujours prudent de prendre certaines précautions, d’autant plus que le pays a connu une augmentation des délits liés au tourisme ces dernières années.

Statistiquement, la nature reste plus menaçante pour les voyageurs au Costa Rica que les crimes violents, mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure. Il suffit d’être attentif à certaines choses lorsque l’on voyage dans le pays :

Riptides

La plus grande menace pour la sécurité des touristes costariciens est probablement celle des riptides, les forts courants que l’on trouve au large de la côte costaricienne. La plupart des plages n’ont pas de sauveteurs, c’est donc à vous d’être prudent. Si vous êtes pris dans un riptide, la chose la plus importante à retenir est de ne pas paniquer. Au lieu d’essayer de revenir sur vos pas (ce qui peut s’avérer impossible et vous fatiguer), vous devez nager parallèlement au rivage jusqu’à ce que le raz-de-marée se dissipe.

Inondations

Le danger d’un voyage au Costa Rica pendant la saison des pluies réside dans le fait que de fortes pluies peuvent occasionnellement provoquer des glissements de terrain, des coulées de boue et des inondations, en particulier dans la partie atlantique du pays. Soyez prudent lorsque vous pénétrez dans des canyons et surveillez toujours les mises à jour météorologiques locales et internationales du Centre national des ouragans et de l ‘Organisation météorologique mondiale. Les inondations peuvent perturber les services essentiels, alors gardez un œil sur ces sites web et tenez-vous prêt.

Si vous allez faire du rafting, n’oubliez pas qu’en période d’inondation, les rivières peuvent devenir mortelles. Choisissez toujours une compagnie de rafting/aventure réputée qui a de bonnes critiques.

Volcans et tremblements de terre

Le Costa Rica compte 16 volcans au total, dont plusieurs sont encore en activité. Plusieurs des volcans les plus populaires ont été fermés au public en raison d’une activité accrue ces dernières années. Le Miravalle et l’Irazu ont depuis été rouverts et le Poás l’est partiellement. Toutefois, en raison de l’activité intermittente régulière, ces informations changent régulièrement. Veillez donc à vérifier le statut du volcan sur lequel vous comptez vous rendre.

La plupart des gens visitent les parcs nationaux volcaniques du Costa Rica sans aucun problème, mais il est toujours bon de prendre quelques précautions. Si vous souhaitez faire une randonnée sur un volcan, il est conseillé de partir avec un guide qui connaît bien la région et qui vous fournira tout l’équipement nécessaire. Si vous partez seul, évitez de pénétrer dans les zones interdites, qui sont généralement clairement indiquées. Les avertissements doivent être respectés.

En raison de sa situation au bord de la ceinture de feu du Pacifique, le Costa Rica peut subir de fréquents tremblements de terre. Renseignez-vous sur les précautions à prendre en cas de tremblement de terre avant de partir.

Randonnée et faune

Le Costa Rica est une destination populaire pour les amateurs de sports d’aventure. Veillez à vérifier les normes de sécurité de tout voyagiste que vous choisissez et assurez-vous qu’il possède les certifications appropriées et qu’il a de bonnes critiques. Vérifiez que les gilets de sauvetage pour les radeaux et l’équipement de sécurité adéquat pour les excursions dans la canopée sont fournis.

Pour les excursions dans la nature les plus reculées, il est fortement recommandé de faire appel à un guide. Si vous tenez à partir seul, n’oubliez pas d’emporter des cartes, de la nourriture supplémentaire, beaucoup d’eau et une boussole. Il est également conseillé de faire savoir à quelqu’un où vous allez.

Sachez que la faune du Costa Rica peut constituer une menace pour les randonneurs, en particulier dans le parc national du Corcovado, situé dans une région reculée. Faites particulièrement attention aux crocodiles lorsque vous vous promenez près des rivières. Ne vous baignez pas dans les mangroves ou les estuaires, où ils sont difficiles à repérer.

Tout ce qui précède peut sembler effrayant, mais il s’agit simplement d’une précaution à prendre. Avec des millions de visites sans problème au Costa Rica chaque année, la chose la plus effrayante que vous puissiez rencontrer est une piqûre de moustique !

backpacking costa rica - costa rican wildlife

Escroqueries et petite délinquance

Il faut se méfier des escroqueries dans tous les pays, mais certaines sont plus fréquentes au Costa Rica :

  • Méfiez-vous des vols de sacs à l’arraché, l’un des délits les plus courants à l’encontre des touristes en Amérique centrale.
  • Veillez à demander approximativement le montant de votre course en taxi avant de monter dans le véhicule – l’arnaque classique consistant à vous dire que le compteur est en panne une fois que vous êtes déjà à bord est très répandue.
  • Les cambriolages de voitures sont fréquents au Costa Rica ; veillez donc à ne jamais laisser d’objets de valeur dans votre voiture, même si vous ne la quittez que pour une courte durée.
  • Évitez les personnes qui veulent vous “aider” à porter vos bagages : il s’agit souvent d’une escroquerie.
  • Surveillez vos sacs dans les casiers des bus.
  • Ne laissez pas vos sacs sans surveillance à la plage

Le Costa Rica est-il sûr pour les femmes voyageant seules ?

Le Costa Rica est considéré comme un pays sûr pour les femmes. Environ 2 millions de touristes visitent le Costa Rica chaque année (dont plus de la moitié sont des femmes) et la plupart des visites se déroulent sans problème. Cependant, la réputation de longue date du Costa Rica en tant que destination touristique sûre incite parfois les gens à baisser leur garde. Il est toujours important de rester vigilant et de suivre son instinct. Si quelque chose vous semble louche, c’est probablement le cas.

Quelques conseils pour les voyageuses en solo :

  • Faites-vous des amis – voyager en groupe a beaucoup plus de chances d’éviter les ennuis.
  • Renseignez-vous auprès du personnel de l’auberge de jeunesse dans laquelle vous séjournez sur les zones et les endroits les plus sûrs – ce sont des experts.
  • Choisissez un hébergement qui a fait l’objet de bonnes critiques et qui a été testé par d’autres voyageurs.
  • Ne vous promenez pas seul la nuit – il est préférable de prendre un taxi. Ne prenez que des taxis agréés, de couleur rouge ou orange.
  • Ne transportez pas de grosses sommes d’argent et pensez à utiliser une ceinture porte-billets.
  • N’exhibez pas d’argent liquide et ne portez pas d’accessoires coûteux.
  • Gardez toujours sur vous une copie de votre passeport
  • Restez à l’écart de la drogue – une grande partie des crimes commis au Costa Rica sont liés à la drogue. Cela ne vaut pas la peine de s’y impliquer.
  • Souscrivez une bonne assurance. L’assurance voyage vous protège contre le vol, les blessures, la maladie et les annulations. Vous pouvez bénéficier d’une protection complète en cas de problème.

backpacking costa rica - girl watching sunset on Manuel Antonio beach

Coucher de soleil à Manuel Antonio

Conseils aux voyageurs pour le Costa Rica

Que faut-il emporter pour le Costa Rica ?

  • Crème solaire – Bien qu’il soit possible d’acheter de la crème solaire au Costa Rica, les options sont limitées et les marques reconnues peuvent coûter 3 à 4 fois plus cher que dans votre pays d’origine. Achetez une marque qui respecte les récifs !
  • Anti-moustiques – Le Costa Rica est un pays tropical, ce qui signifie que les moustiques et autres bestioles sont abondants, en particulier pendant la saison des pluies. Si la plupart des insectes sont inoffensifs, les moustiques peuvent transmettre des maladies comme le Zika et la dengue. Il existe de nombreuses options naturelles, mais les répulsifs les plus efficaces contiennent un pourcentage élevé de DEET.
  • Imperméable – bien qu’il soit absolument indispensable pendant la saison des pluies, un imperméable est une bonne idée pour tous les voyages. Avec 12 microclimats différents, le temps au Costa Rica n’est jamais prévisible et il peut pleuvoir abondamment où que vous alliez (ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la forêt tropicale). Dominical, Uvita, Monteverde et la péninsule d’Osa sont des endroits où il fait particulièrement chaud pendant la saison sèche, tandis que la côte caraïbe connaît la pluie tout au long de l’année.
  • Vêtements/serviettes à séchage rapide – rien ne sèche rapidement sous les tropiques, la moisissure et les vêtements humides peuvent donc être un problème. Si vous n’avez pas un budget serré, envisagez d’acheter des vêtements de sport à séchage rapide. Les serviettes en microfibre sèchent rapidement et sont antimicrobiennes – pas de moisissures !
  • Chaussures de randonnée – Si vous êtes tenté d’emporter des tongs pour vos vacances au Costa Rica, il est préférable d’investir dans une paire de chaussures de randonnée robustes. Vous aurez sans doute envie de parcourir au moins quelques-uns des magnifiques sentiers, ou vous vous retrouverez peut-être à l’improviste dans un endroit où les tongs ne conviennent tout simplement pas. Les chaussures en cuir peuvent mettre une éternité à sécher et il n’y a rien de plus irritant que de marcher avec des chaussures mouillées, sans parler des ampoules douloureuses que vous risquez d’attraper.

Si vous prévoyez de faire beaucoup d’activités aquatiques, comme du rafting, du canyoning ou des randonnées dans des zones humides, vous devez absolument emporter une paire de sandales de sport ou de chaussures d’eau.

  • Lunettes de soleil et chapeau – parce qu’évidemment.
  • Vêtements chauds – oui, le Costa Rica est un pays tropical, mais certaines de ses plus belles attractions se trouvent à des altitudes très élevées (notamment la forêt nuageuse de Monteverde, le volcan Poas, Chirripo) et peuvent devenir très humides et fraîches, en particulier le soir. Une paire de pantalons longs vous sera également utile pour visiter les villes, où porter un short est considéré comme inhabituel et vous fera passer pour un touriste.
  • Guide espagnol – si vous n’avez pas d’application linguistique sur votre téléphone (et même dans ce cas, vous pouvez vous retrouver bloqué si vous n’avez plus de batterie), un guide espagnol s’avérera utile pour parler avec les gens du pays.
  • Torche – Non seulement les coupures de courant sont fréquentes pendant la saison des pluies, mais de nombreux éco-hôtels costariciens sont fiers de n’avoir qu’une électricité partielle, ce qui signifie généralement qu’elle est éteinte la nuit et qu’ils n’utilisent que des bougies et des lanternes. Cela s’avérera également utile si vous vous promenez la nuit, car de nombreuses rues ne sont pas éclairées et il n’y a pas de trottoirs.

Vaccinations pour le Costa Rica

Si vous vous rendez au Costa Rica en provenance d’Afrique subsaharienne et de certains pays d’Amérique du Sud, vous aurez besoin d’un certificat prouvant que vous avez été vacciné contre la fièvre jaune. Vérifiez ici quels sont les pays concernés.

Le CDC recommande les vaccins suivants pour le Costa Rica ;

  • Hépatite A et B
  • Fièvre typhoïde
  • Rage (uniquement pour les personnes travaillant avec des animaux sauvages ou dans des endroits où le risque de morsures d’animaux est plus élevé)

Le paludisme n’est pas très répandu au Costa Rica, mais vous pouvez envisager de prendre des médicaments si vous vous rendez à la frontière panaméenne ou dans les régions de Matina pendant de longues périodes.

La dengue, en revanche, est présente au Costa Rica ; veillez donc à utiliser un bon répulsif.

Budget pour les voyages avec sac à dos au Costa Rica

Monnaie du Costa Rica

La monnaie nationale du Costa Rica est le colón (₡), qui se prononce coh-loh-n – pas comme l’orgue !

Bien que de nombreux commerces acceptent les dollars américains, il est préférable de payer la plupart des transactions avec la monnaie nationale, car vous risquez moins d’être surfacturé. La plupart des établissements situés dans des régions plus reculées n’acceptent pas du tout les dollars américains.

La chose la plus importante à savoir à propos de la monnaie costaricienne est qu’elle est très mignonne ! Chaque billet est de couleur pastel et comporte des images de la faune nationale : paresseux, colibris, singes et cerfs !

Budget de voyage au Costa Rica

C’est indéniable : le Costa Rica est l’un des pays d’Amérique centrale les plus chers à visiter. Mais si c’est le cas, pourquoi les routards continuent-ils à s’y rendre en masse ? La réponse est assez simple : c’est LA destination idéale pour les routards. La popularité du Costa Rica est la raison même pour laquelle il est plus cher que ses voisins. Vous ne devriez donc pas laisser ces quelques dollars supplémentaires par jour vous dissuader de visiter cet incroyable pays. En outre, le Costa Rica reste très bon marché par rapport à l’Europe, aux États-Unis et même à l’Amérique du Sud, surtout si vous gardez à l’esprit quelques conseils astucieux pour réduire votre budget :

La nourriture et les boissons :

À la surprise de nombreux routards, l’un des coûts les plus inattendus au Costa Rica est celui de la nourriture et des boissons. Dans un restaurant de catégorie moyenne, par exemple, vous pouvez vous attendre à payer entre 15 et 20 dollars pour un dîner, en particulier dans les villes les plus touristiques.

Le meilleur moyen d’éviter cela est de manger dans les SODAS locales. Il s’agit de petits restaurants familiaux qui servent une cuisine costaricienne typique et qui constituent une bonne affaire par rapport aux restaurants destinés aux touristes. Vous trouverez généralement un casado, un plat local composé d’une entrée et d’une sélection d’accompagnements, pour environ 3 000 CRC (5 USD), soit environ la moitié du prix des restaurants touristiques pour un repas assez copieux. Les casados sont généralement accompagnés d’un smoothie aux fruits frais, ce qui est un plus !

Lorsque je traversais le pays avec mon sac à dos, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi les personnes disposant d’un budget limité mangeraient ailleurs que dans les restaurants locaux – les repas de style occidental dans les restaurants touristiques ne sont pas seulement les plus chers, mais aussi les plus décevants !

Si vous avez un budget serré, l’option la moins chère est de loin de cuisiner vos propres repas. Les produits d’épicerie sont très bon marché au Costa Rica, et si vous profitez du fait que de nombreuses auberges de jeunesse disposent de cuisines communes, vous n’aurez aucun mal à respecter votre budget alimentaire.

Les boissons peuvent également être chères. La bière locale, par exemple, coûte généralement 1 400 CRC (2,50 USD). L’option la plus économique est évidemment de ne pas boire, mais où est le plaisir ? Le meilleur conseil : tenez-vous en aux happy hours ou au rhum local. S’il le faut, le rhum Cacique (vénézuélien) est d’un très bon rapport qualité-prix et fera l’affaire. Son goût, en revanche, est une question d’opinion !

Notez également que l’eau au Costa Rica est potable, vous pouvez donc arrêter d’acheter des bouteilles et remplir la vôtre !

Dépenses quotidiennes moyennes : 7 000 CRC (12 USD)

Hébergement :

Les auberges de jeunesse sont le meilleur moyen de se loger à moindre coût, et la beauté du Costa Rica est que la variété des auberges de jeunesse est infinie. Le prix moyen d’une chambre en dortoir est d’environ 5 000 CRC (8,5 USD), tandis que les chambres privées coûtent environ 25 000 CRC (40 USD). N’oubliez pas que les prix sont plus élevés dans les villes les plus touristiques. Si vous voyagez en couple, vérifiez toujours le prix d’une chambre privée, car elle peut parfois être moins chère que l’achat de deux lits séparés.

Un moyen de réduire vos frais d’hébergement est de visiter le pays en basse saison, lorsque les prix sont les plus bas (de mai à novembre). À cette époque de l’année, vous pouvez même trouver des tarifs spéciaux “3 pour 2” si vous restez plus de deux nuits dans une auberge de jeunesse. Si vous voyagez pendant les mois les plus chargés, essayez d’éviter les dates autour de Noël, du Nouvel An et de Pâques, car la forte demande locale fait grimper les prix.

Dépenses journalières moyennes : 8 000 CRC (13,5 USD)

Activités de plein air :

Pour ce qui est des activités de plein air au Costa Rica, préparez-vous à sortir les colones. Comme toujours, les activités destinées spécifiquement aux touristes risquent de grever considérablement votre budget.

Vous pouvez bien sûr renoncer à toute activité de plein air, mais où serait le plaisir ? Il est préférable de faire des recherches avant le départ, de choisir quelques activités qui vous semblent les plus amusantes et de vous limiter à quelques-unes par semaine. Vous ne voudriez vraiment pas rater une séance de tyrolienne à travers de magnifiques forêts de nuages, ou le frisson d’une descente en eaux vives sur les rapides de La Fortuna !

Mais il n’est pas toujours nécessaire de mettre la main à la poche pour vivre des expériences extraordinaires. Au Costa Rica, toutes les plages sont libres d’accès, ce qui signifie que la plupart des meilleures expériences du pays – baignade, bronzage, plongée en apnée et surf – sont gratuites ! Si vous prévoyez de faire beaucoup de surf et que vous n’avez pas votre propre planche, renseignez-vous auprès des auberges de jeunesse qui en fournissent gratuitement.

Voici en gros ce qu’il faut s’attendre à payer pour les activités de plein air suivantes au Costa Rica :

  • Tyrolienne : 40-70 dollars
  • Équitation : $40-50
  • Location de planche de surf : 10 $/jour (certaines auberges de jeunesse offrent ces services gratuitement)
  • Visite d’une plantation de café : 20-30
  • Excursions en bateau/kayak : 40-60
  • Guide touristique : $10-20
  • Observation des oiseaux : 40
  • Droits d’entrée dans le parc national : Les droits d’entrée dans les parcs nationaux varient beaucoup, mais en moyenne de 15 à 20 $ par personne
  • Forêt de nuages de Monteverde : 20 $ pour l’entrée et 20 $ pour une visite guidée
  • Visite nocturne de la forêt de nuages : 20
  • Rafting en eaux vives : 70-130
  • Sources thermales d’Arenal : 40

Gardez à l’esprit que moins la région est fréquentée par les touristes, moins les activités et les droits d’entrée sont élevés.

Les transports :

Les principaux moyens de transport au Costa Rica sont le bus public, la voiture de location, la navette partagée ou privée et l’avion.

Bus public

C’est de loin le moyen le moins cher de se déplacer dans le pays. De plus, les lignes de bus permettent de se rendre dans tous les endroits les plus populaires du pays. Les trajets courts (3 heures ou moins) coûtent environ 2 000 CRC (3 USD), tandis que les trajets plus longs peuvent coûter jusqu’à 6 000 CRC (10 USD). En gros, 1 USD équivaut à environ 40 minutes de trajet.

Transports publics

Au Costa Rica, les trajets en bus local sont incroyablement bon marché. À San Juan, par exemple, les trajets locaux coûtent environ 200 colones (30 cents).

Taxis

Les taxis coûtent environ 800 CRC (1,5 USD) par kilomètre, ce qui les rend pratiques uniquement pour les courts trajets.

Un taxi de l’aéroport de San Jose au centre-ville coûte environ 15 000 CRC (25 USD). San Jose dispose également d’Uber, qui est moins cher que le taxi moyen.

Navette

Une navette peut coûter entre 24 000 CRC (40 USD) par personne et 235 000 CRC (400 USD) pour 1 à 4 personnes, en fonction de la destination et du mode de transport (privé ou partagé). Une navette partagée de San José à Fortuna, par exemple, coûte 32 000 CRC (55 USD) par personne, tandis qu’une navette privée vous coûtera 118 000 CRC (200 USD). N’oubliez pas cependant qu’avec une navette, vous éviterez le coût potentiel d’un taxi à l’aller et au retour de l’arrêt de bus.

Location de voiture

Les prix varient considérablement. Pour un SUV standard (recommandé), comptez environ 412 000 CRC (600-800 USD) par semaine, kilométrage limité et assurance obligatoire compris. Les voitures économiques sont moins chères, environ 235 000 CRC (300-500 USD) pour une berline à quatre portes, mais cette solution n’est conseillée que si vous êtes certain de vous rendre dans un endroit où la qualité des routes est bonne. Sachez que les prix varient en fonction de la saison et que les loueurs de voitures de l’aéroport prélèvent une taxe de 12 %. De plus, si vous prévoyez de déposer la voiture à un autre endroit, vous devrez payer des “frais de dépôt”.

Voler

Si vous êtes pressé par le temps, vous avez le choix entre plusieurs compagnies aériennes nationales telles que

NatureAir, Sansa, Skyway et Aerobell. En fonction du délai de réservation, de la période de l’année et de l’itinéraire, les vols sont plus ou moins chers

de l’année et de l’itinéraire, les vols varient entre 40 et 200 dollars

Poursuivez votre lecture ! ⬇️

🌟 Les meilleures auberges de jeunesse du Costa Rica

🌟 L’Amérique centrale sac au dos

🌟 L’Amérique du Sud sac au dos

Get the App. QRGet the App.
Get the App. QR  Get the App.
Défilement vers le haut